Quotidien d’information indépendant - n° 5044 - Mercredi 17 Septembre 2014

Début des travaux le 5 juillet prochain

Cent soixante milliards de dinars, tel est le montant de l’enveloppe que le Trésor public a dégagée au profit de la wilaya d’Annaba pour la réalisation de sa nouvelle ville. Elle sera implantée sur 1 344 ha de terre domaniale dont 250 ha sont en semi-agricole à Dra Errich. Il s’agit d’une localité à vocation agropastorale de la commune d’Oued El-Aneb, à une trentaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya.

La première pierre inaugurale sera posée le 5 juillet 2012. La cérémonie coïncidera avec la célébration du cinquantenaire de l’indépendance de notre pays. Le choix de cette date a fait chaud au cœur de la population de cette localité. Habitant au piémont de l’Edough, elle a eu à vivre les atrocités commise par la soldatesque coloniale durant la guerre de Libération. Dra Errich est aussi connue par la longue liste de ses enfants tombés au champ d’honneur ou morts sous la torture dans les camps de concentration d’Oued El Aneb et de Chorfa, deux communes situées à quelques kilomètres. Elle est aussi connue pour avoir été, durant la décennie noire, l’antre du terrorisme. Il en avait fait sa base arrière au titre de «Mintka Mouharara» pour l’approvisionnement des sanguinaires qui terrorisaient à l’époque les quelque 3 000 familles de la localité. Juste retour des choses donc avec la décision des autorités locales de faire de Dra Errich un centre urbain parmi les plus importants de la wilaya. Il y a de quoi quand on sait que 30 000 logements tous segments confondus y seront réalisés. Le 5 juillet donc sera donné le premier coup de pioche pour la réalisation de la première tranche de ce projet, l’équivalent de 15 450 Logements publics locatifs (LPL), publics aidés (LPA), promotionnels et individuels. Un pôle universitaire de 8 000 places pédagogiques avec résidence de 3 000 lits, un pôle sanitaire doté d’un établissement hospitalier, centre de santé et centres de soins et des structures socio-économiques complètent le tout. La maquette a été présentée sous la forme d’un plan à Mohamed Ghazi, wali d’Annaba. Ce dernier a été longuement briffé sur les caractéristiques de cet immense centre urbain qui sera doté de toutes les commodités pour la vie en société des habitants. C’est ce dernier lundi, à l’occasion d’une visite de travail, que le premier responsable de la wilaya s’est rendu sur les lieux. Il était accompagné de l’ensemble des membres du bureau exécutif et des élus de l’Assemblée populaire de wilaya et celle communale de Oued El Aneb. Chaque responsable de secteur a été interviewé pour soulever les problèmes de réalisation éventuels et proposer des solutions. L’un après l’autre, le directeur du logements et des équipements publics, de l’urbanisme et de la construction, de l’hydraulique, des travaux publics, de l’environnement, postes et télécommunications, de l’énergie et des mines, de l’Office de promotion et de gestion immobilière, ont expliqué leur vision de la conception ou de l’exécution des travaux qu’ils sont appelés à réaliser. Tant en ce qui concerne les 6 150 LPL, les 9 300 LPA, les logements du promotionnel et ceux de l’individuel, les structures d’accompagnement, y compris les établissements scolaires, de santé, les voies de communication, la sauvegarde de l’environnement, les réseaux d’alimentation d’eau potable, d’évacuation des eaux usées et celles pluviales, tout a été passé en revue. C’est à partir de là que le wali a ordonné le lancement des travaux des voies d’accès des engins et autres moyens d’approvisionnement en matériaux des chantiers dès le 15 avril prochain. Il a parallèlement ordonné la réhabilitation de la zone d’activités commerciales. Cette opération coûtera au Trésor public une enveloppe financière de 16 milliards de centimes. Le wali a instruit le P/APC à l’effet d’expulser les indus occupants des constructions illicites implantées sur le site. Le projet ville nouvelle de Dra Errich est aussi créateur de plusieurs milliers de postes de travail dans les différents secteurs d’intervention. «Effectivement, nous allons avoir besoin de milliers de travailleurs qualifiés. Particulièrement ceux du secteur du bâtiment qui sont de plus en plus rares. C’est pourquoi nous avons estimé très pertinente la décision de la formation professionnelle de redynamiser l’apprentissage de ce type de métiers. Il serait tout aussi utile de lancer dès maintenant une réflexion sur les meilleurs moyens à mettre en œuvre pour éviter le problème de la disponibilité des matériaux de construction. Il est certain que le prix des matériaux de construction vont flamber aussitôt entamé ce projet grandiose», a indiqué l’un des entrepreneurs présents sur le site au moment de la visite de travail de la délégation de wilaya. Il faut dire que l’implantation du projet sur le territoire de leur commune a été bien accueilli par la population de Dra Errich et de Oued El Aneb où le chômage des jeunes a atteint le seuil de l’intolérable. Ce projet a été également bien accueilli par de nombreuses autres communes distantes de quelques kilomètres. Située au piémont de l’Edough, la nouvelle ville stimulera l’investissement. Dans le secteur du tourisme notamment, quand on sait que les estivants et touristes éprouvent des difficultés à trouver un site d’hébergement proche du lieu de leurs vacances à Chetaïbi ou Aïn Barbar en bordure de mer ou pour les passionnés de l’excursion, en montagne. C’est dans cette perspective que le wali a ordonné la réfection de l’ensemble des chemins communaux et de wilaya, à commencer par celui de Kef Bouacida-Aïn Abid. Cette route à l’abandon est actuellement utilisée par deux sociétés étrangères, LIC et OHL, qui gèrent les carrières de Metassaa pour l’approvisionnement en gravier nécessaire aux travaux de réalisation de la double voie ferrée Annaba-Ramdane Djamel, dans la wilaya de Skikda.

A. Djabali

Retour
Imprimer
Envoyer
Partager
exemple