espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6584 - Mercredi 16 Octobre 2019

Requiem sioniste

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

L’instinct prédateur du régime sioniste vient de ressurgir encore  une fois avec notamment les récents événements qui ont secoué la péninsule du Sinaï. Une situation où l’on assiste à un mélange de cartes afin de brouiller les pistes d’un jeu ourdi par l’entité sioniste dans la région.

«Pourquoi une telle attaque dans la conjoncture actuelle ?», serions-nous tentés de nous demander. Pour ce qui est du régime sioniste, d’une part, cela constituerait un atout pour brandir le spectre terroriste et justifier d’éventuelles mesures vindicatives, et, d’autre part, forcer la main aux Egyptiens pour une fermeture du passage de Rafah. Surtout après l’affaire du véhicule qui a explosé après une tentative de pénétrer en Israël par un poste-frontière israélien et celle de l’autre véhicule qui s'est mis à tirer sur les positions de l'armée sioniste. Ce qui a été interprété par les forces de sécurité sionistes comme «une composante d'un grand attentat terroriste en territoire israélien. Bien que le commando ait été détruit, il a été recommandé aux habitants du sud d'Israël de ne pas quitter leurs maisons et de fermer les portes». Dans ce contexte, le ministre sioniste de la Défense, Ehud Barak, a affirmé que l’attaque a mis en exergue la nécessité pour l’Egypte de lutter avec détermination contre les militants. Pour sa part, l’agence de presse officielle Mena a indiqué qu’une partie des militants étaient palestiniens et qu’ils sont entrés en Egypte depuis l’un des tunnels de Ghaza. Le Hamas a immédiatement démenti cette information annonçant à l’occasion qu’il avait non seulement fermé la frontière égyptienne, mais également tous les tunnels, et qu’il a lancé l’alerte au sein de ses unités de forces. Face à cet état de fait, le président égyptien Mohamed Morsi a promis de reprendre en main la péninsule du Sinaï, où une autre attaque par des islamistes présumés a coûté la vie à 16 gardes-frontières. Les forces (de sécurité) imposeront tout leur contrôle sur ces régions, a déclaré M. Morsi dans une allocution télévisée, en ajoutant donner des instructions claires pour que l'Egypte reprenne le contrôle total du Sinaï, où la situation s'est détériorée après la révolte du début de 2011. Suite à ces événements, le régime sioniste vient de réaliser un premier objectif puisque l’Egypte a fermé le passage de Rafah avec la bande de Ghaza. Cela étant, le régime sioniste impute ces attentats à Al-Qaïda. Ce qui n’a pas été du goût des Frères musulmans qui, à leur tour, pointent du doigt les services du Mossad dans l’attentat qui a coûté la vie à 16 Egyptiens. Une thèse qui reste plausible dans le mesure où cet attentat, qu’on serait tenté d’expliquer comme des représailles en réponse aux attaques menées par les deux véhicules que nous avions cités précédemment,  pourrait servir de prétexte pour le régime sioniste de légitimer d’éventuelles agressions dans la région. En aurait-il les moyens ?

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub