Quotidien d’information indépendant - n° 5118 - Jeudi 18 Décembre 2014

Noureddine Moussa sur le site

Avec la visite de travail que devait effectuer hier à Annaba Noureddine Moussa, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, le projet de réalisation de la nouvelle ville de Draâ Errich dans la commune d’Oued El-Aneb entre dans sa phase active.

La réunion que le représentant du gouvernement était appelé à présider avec Mohamed El-Ghazi wali de Annaba se veut être un ordre de service global adressé aux différents intervenants publics et privés. Tout aussi concernés, les directeurs de l’exécutif de la wilaya, les représentants des bureaux d’études retenus sur la base d’appels d’offres, les élus des Assemblées populaires communales de Berrahal, Oued El- Aneb et Tréat ainsi que la chef de daïra de Berrahal. Un ordre de service qui devait permettre de donner immédiatement les premiers coups de pioches, de pelles mécaniques et une présence quotidienne sur le chantier d’engins et de poids lourds d’entreprises en charge des travaux de viabilisation. Implanté à une vingtaine de kilomètres de la commune chef-lieu de wilaya à quelques centaines de mètres de la localité Draa Erich et de la RN 44 (Annaba-Skikda), le projet en question donnera un plus au boom socio-économique que vit ces derniers mois cette daïra. Il ne peut pas en être autrement quand on sait que le projet est grandiose avec les 50 000 logements, une université avec une résidence universitaire, un centre hospitalier universitaire de 420 lits et d’autres structures. La première tranche de ce projet portera sur la réalisation de 15 450 logements, publics locatifs (LPL), publics aidés (LPA), promotionnels et individuels. Ils viendront s’ajouter aux 5 700 en cours de réalisation dans la localité de Kalitoussa (Berrahal) et un autre programme tout aussi important dans la commune de Tréat. Le projet de Draa Erich a déjà un impact sur le secteur de l’emploi. En effet, tout le territoire de cette daïra à vocation agro-pastorale est en état de fébrilité. Particulièrement la localité de Draâ Erich située au piémont de l’Edough qui fut durant la décennie noire déclarée «zone interdite» par la horde de sanguinaires. Ces derniers s’en servaient comme base arrière. A ce niveau, la mise en place d’une station de concassage, l’important stock d’agrégats disponible et la réfection de la route menant vers le chantier, la présence de plusieurs dizaines d’ouvriers attestent que la matérialisation du projet devrait rapidement atteindre son régime de croisière. Gigantesque, le projet l’est à plus d’un titre puisque succédant aux études réalisées par un bureau d’études national, certaines entreprises dont plusieurs étrangères, ont entamé des visites de prospection indispensables pour l’établissement des devis. Le secteur de l’emploi sera certainement le plus grand bénéficiaire de ce projet qui occupera un terrain d’assiette de 1 400 hectares. Il est en effet attendu la création de plusieurs dizaines de milliers de postes de travail directs et indirects. Sont déjà perceptibles les prémices de redynamisation de cette contrée ouverte sur la commune côtière de Chetaïbi avec son potentiel touristique encore intact. Il s’agit notamment du va et vient incessants des chefs d’entreprises de tous les horizons du pays, celles chinoises et françaises sont aussi candidates aux marchés. Afflux également de centaines de chercheurs d’emplois des deux sexes en âge de travailler. Ce qui s’est répercuté sur le quotidien des habitants de la localité de Draâ Erich dont certains se sont retrouvés restaurateurs. L’organisation à la Tabacoop de Annaba au début du mois d’octobre prochain du salon international du bâtiment et des travaux publics par la Chambre de commerce et d’industrie Seybouse consolide l’impression du gigantisme qui caractérise le projet « ville nouvelle de Annaba». Pour sa concrétisation, le Trésor public a déjà mobilisé 160 milliards de DA. Cette enveloppe financière ainsi que le gigantisme qui caractérise le projet n’est pas passé inaperçu du côté des entreprises algériennes et étrangères du bâtiment et des travaux publics. Bon nombre de responsables sont déjà signalés à l’effet de suivre au jour l’évolution de ce dossier. Ils seront présents aujourd’hui à Annaba aux côtés du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme pour mieux s’imprégner des données techniques y afférentes et se positionner sur la liste des soumissionnaires de marché de réalisation dans toute partie du projet qui connaîtra plusieurs phases de réalisation dans le bâtiment, les travaux publics, les ouvrages d’art et le génie civil. Le raccordement de la ville nouvelle de Draa Erich avec la RN 44 était également à l’ordre du jour de la réunion d’hier. Il est prévu l’intervention de plusieurs responsables dont celle du directeur par intérim du logement et des équipements publics. Il faut dire que la daïra de Berrahal a laissé tomber depuis des mois le train-train qui lui était coutumier pour se lancer dans de nombreuses opérations de relance économique. Pour preuve, l’activité de sa zone industrielle a pris de l’ampleur et également celle du tertiaire où l’emploi des jeunes des deux sexes trouve toute sa plénitude. Ce projet de ville nouvelle est bien accueilli pour une daïra de Berrahal qui reste un des plus importants facteurs de développement de la wilaya et de toute la région.

A. Djabali

Retour
Imprimer
Envoyer
Partager
exemple