espace pub
Infos en ligne:
  • 5500 milliards de centimes alloués à la réfection et à la restauration du vieux bâti à Alger ...

  • Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes ...

  • Le Cameroun privé de l'organisation du tournoi, un appel à candidature sera lancé ...

  • L'Algérien Berraf nouveau président ...

  • "le gouvernement a réussi à mettre en place des mesures efficaces aux problèmes économiques et financiers" ...

  • Qualification laborieuse pour le «Doyen» ...

  • Naples s'est imposé 3-1 sans grande difficulté mardi face à l'Etoile Rouge Belgrade ...

  • Vers la réalisation de 50.000 logements en 2019 ...

  • M. Guitouni appelle les communes à rationaliser la consommation de l’énergie ...

  • L'ambassadeur britannique salue l'appel de l'Algérie à la réactivation de l'UMA ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6332 - Dimanche 16 Décembre 2018

Ces pierres qui racontent le passé

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Les plus importantes ruines des villes romaines se trouvent à l'est de la Maurétanie Césarienne, dans les Aurès et au nord de la Numidie. Si la sédentarisation s'est fait au temps des Phéniciens et des royaumes numides, c'est l'urbanisation qui constituera la base de l'empire romain.

Souk-Ahras Actuelle Souk-Ahras, Thagaste fut érigée en colonie romaine à la fin du Ier siècle après J.-C. Connue pour être la ville natale de Saint Augustin, elle est située à 100 km au sud-est d'Annaba, ancienne Hippone, ville dont il fut l’évêque. Les adeptes de la doctrine augustinienne venaient du monde entier se recueillir auprès d'un olivier séculaire, au pied duquel le saint, selon la tradition, passait plusieurs heures, à l'aube et au crépuscule, à méditer. L'olivier est situé sur une colline dominant la cité antique, aujourd'hui disparue. On retrouve quelques statues taillées dans le marbre ou un calcaire grossier ainsi que quelques pierres pourvues d'inscriptions latines. Les restes d'une basilique ont également été mis au jour. Tiddis Tiddis est un authentique site berbère appelé Ras Eddar ou le pic de la maison, situé dans le cadre grandiose des gorges du Khreneg, à quelques dizaines de kilomètres de Constantine. Il marque la présence d'une vieille civilisation berbère à travers des inscriptions libyques et des symboles sur la poterie berbère. Tiddis ou Castellum Tidditanorum a été modifiée par les Romains et aménagée suivant leur système d'urbanisation. Cette agglomération prospère, établie sur un plateau, possédait une porte monumentale, des thermes, des installations industrielles (tanneries), un sanctuaire de Mithra datant du IVe siècle ap. J.-C., ainsi qu’une chapelle chrétienne. Des châteaux d'eau et des citernes de toutes formes rappellent que la ville a peu à peu été abandonnée parce qu'elle manquait de sources. On peut y admirer le mausolée circulaire que Quintus Lollius Urbicus, natif de Tiddis, fils d'un propriétaire terrien berbère et devenu préfet de Rome, a dédié aux cinq membres de sa famille. Khemissa La ville de Khemissa fut également un important centre urbain romain théâtre d’une fameuse bataille du temps du chef de guerre berbère Takfarinas. Distante de 37 kilomètres de Souk-Ahras, la ville de Khemissa, dont le nom antique est Thubursicu Numidarum, est adossée à une colline disposant d’un vaste territoire bien irrigué et d’une importante ressource hydrique (les sources de la Medjerda). Cité numide, elle devint un municipe au IIe siècle après J.-C. sous l’empereur Trajan et colonie honoraire au IIIe siècle. Les ruines de Khemissa s’étendent sur une surface de plus de 65 ha et renferment d’importants monuments : la vieille place située dans le quartier oriental de la ville, le théâtre au pied de la colline au nord, la grande basilique judiciaire à colonnades et également la porte monumentale à une seule baie. Elle compte également deux forums, des temples, des thermes, un arc de triomphe et un château d’eau. Khemissa occupe une belle place parmi les cités antiques de l’Afrique du Nord. Annaba Avant de devenir Annaba, nom choisi par Kheireddine Aroudj, qui s'est emparé de la ville du jujubier (El annab en arabe) en 1522, Hippone, était le Golfe du roi, un nom remontant à la préhistoire. Elle a abrité un comptoir phénicien au XIe siècle av. J.-C., une agglomération punique prospère alliée de Carthage, puis devint métropole numide de Massinissa au IIIe siècle av. J.-C. avant que la défaite en 46 av. J.-C. de Juba Ier, allié de Pompée, n'entraînât son annexion à la province romaine d'Africa Nova, créée par Jules César. Baignant dans le faste et l’opulence, Hippone fut l'une des grandes villes de l’Africa Nova et le marché le plus opulent de l'Afrique romaine. Au Ve siècle, Hippone est devenue le foyer du christianisme sous l'épiscopat de Saint Augustin, évêque de la ville entre 396 et 430. Hippone est ensuite prise par les Vandales en 431 puis les Byzantins en 533. Après de longues années de stagnation, elle assiste à l'arrivée de l'islam. Les ruines d'Hippone sont d'une grande valeur archéologique : théâtre antique, forum, villas romaines, grands thermes de Septime Severe, citernes d'Hadrien, très belles sculptures, splendides mosaïques et le quartier chrétien où se trouve la basilique sont une curiosité sans cesse renouvelée pour tous les visiteurs de Annaba. Guelma Située à l’est du pays, Guelma ou Calama dans l’antiquité était une cité numide avant de devenir municipe sous le règne de l’empereur Trajan et colonie romaine vers la fin du IIIe siècle. De son passé romain, cette ville a conservé un théâtre qui est, de l’avis des connaisseurs, un chef-d’œuvre architectural. Edifié en 201, il s’appuie sur une assise de remblais parée de pierres de taille. Le théâtre antique de Guelma abrite le musée le plus important de la ville consacré à l’archéologie. Ce monument reste un témoin du rayonnement culturel qu’a connu la ville au début du IIIe siècle. D’autres monuments font tout l’intérêt de Guelma ou Calama, à l’image de la piscine romaine à Hammam Bradaa, Héliopolis, les vestiges antiques de Thibilis (Sellaoua Announa) ou la Nécropole de Dolmens. (Suite et fin)

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

54.000 déclarations d'élus locaux et plus de 6000 de hauts fonctionnaires

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub