Infos en ligne:
  • Accord de diffusion entre Canal+ et la CAF dès 2017 ...

  • Sonatrach table sur une hausse de 11% de ses exportations en 2016 ...

  • La marque Scania aura son usine dans la wilaya de Mascara ...

  • Saisie plus 21 quintaux de kif traité depuis début 2016 à Oran ...

  • Début des préparatifs en janvier prochain ...

  • La Cour suprême refuse de rouvrir la procédure d'extraditionde Polanski ...

  • La fédération appelle à davantage d'autorisations d'exploitation des taxis ...

  • Nécessité d'une action commune pour le développement durable de l'Afrique ...

  • Les réserves de change termineront l'année à 118 milliards de dollars ...

  • Des artistes saluent la mémoire d'un être d'exception ...

Quotidien d'information indépendant - n° 5719 - Samedi 10 Décembre 2016

Des milliers de manifestants en hommage aux victimes de l’attentat

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

La Turquie, frappée par l’attentat le plus meurtrier de son histoire, a commencé hier à enterrer les victimes des explosions qui ont fait au moins 95 morts dans une manifestation pour la paix organisée par l’opposition prokurde à trois semaines des élections législatives anticipées. Alors que débutaient les trois jours de deuil national décrétés par le gouvernement, les premières obsèques des militants de l’opposition qui ont péri dans cet attentat non revendiqué doivent se dérouler dans la journée.

Une manifestation en hommage aux victimes Des milliers de personnes se sont réunies dimanche dans les rues d’Ankara pour rendre hommage aux victimes du double attentat suicide. Réunis à l’appel des syndicats, ONG et partis politiques proches de la gauche et de la cause kurde qui avaient appelé au rassemblement pour la paix de la veille, les manifestants ont dénoncé la responsabilité du gouvernement, aux cris de « Erdogan meurtrier » et « gouvernement démission ». Les élections législatives maintenues La Turquie maintient ses élections législatives prévues pour le 1er novembre malgré l’attentat, a annoncé dimanche un responsable gouvernemental. « En raison des risques accrus, la sécurité aux meetings électoraux, qui a déjà été augmentée, sera encore renforcée. L’élection se tiendra en toute sécurité.» Le Parti démocratique des peuples (HDP, prokurde, gauche), formation qui avait appelé à la manifestation, a assuré quant à lui dans la nuit sur son compte Twitter avoir établi un bilan de 128 morts. Deux violentes explosions ont secoué samedi matin les alentours de la gare centrale d’Ankara, où des milliers de militants venus de toute la Turquie à l’appel de plusieurs syndicats, d’ONG et partis de gauche se rassemblaient pour dénoncer la reprise du conflit entre Ankara et les rebelles kurdes. Les déflagrations ont transformé l’esplanade, jonchée de corps sans vie, en scène de guerre et provoqué la panique dans la foule. Selon le gouvernement islamo-conservateur turc, cet attentat a été « perpétré par deux kamikazes ». En l’absence de revendication, le chef du gouvernement a pointé du doigt trois mouvements susceptibles, selon lui, d’en être l’auteur : le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), le groupe Etat islamique (EI) et le Parti/Front révolutionnaire de libération du peuple (DHKP-C) d’extrême gauche. Le HDP met en cause le gouvernement Après l’attentat, la police a tiré des coups de feu en l’air pour disperser des manifestants en colère qui dénonçaient l’absence de mesures de sécurité autour de leur rassemblement, aux cris de « policiers assassins ». De son côté, le HDP a explicitement mis en cause le pouvoir. « Nous sommes confrontés à un Etat meurtrier qui s’est transformé en mafia », a déclaré le chef de file du parti, Selahattin Demirtas. A Istanbul et dans plusieurs villes du sud-est du pays, des milliers de personnes ont manifesté contre le gouvernement. « Erdogan meurtrier », « la paix l’emportera » et « AKP assassin ! », scandaient les protestataires, accusant le président et son mouvement AKP (Parti de la justice et du développement) d’être responsables de la violence. Des manifestations prokurdes similaires se sont déroulées en Europe, notamment en France, en Allemagne ou en Suisse. Trêve du PKK avant les législatives Durant l’été, deux meetings du HDP avaient fait l’objet d’attaques meurtrières : à Diyarbakir, le 5 juin, puis à Suruç, près de la frontière syrienne, le 20 juillet. Cette dernière attaque, qui avait fait 32 morts, avait été imputée par le gouvernement à l’Etat islamique, mais celui-ci ne l’a jamais revendiqué. La Turquie, Etat membre de l’OTAN, vit en alerte renforcée depuis que le président, Recep Tayyip Erdogan, après l’attentat de Suruç, a déclenché un « combat synchronisé contre le terrorisme », contre l’organisation Etat islamique en Syrie et contre des bases arrière du PKK dans le nord de l’Irak, s’exposant à un double front. Cependant, ce samedi, les rebelles du PKK, qui ont multiplié depuis près de trois mois les attaques contre les forces de sécurité turques, ont annoncé la suspension de leurs activités à trois semaines des élections législatives. « Tenant compte des appels venus de Turquie et de l’étranger, notre mouvement a décrété une période d’inactivité pour nos forces de guérilla, sauf si nos militants et nos forces de guérilla étaient attaqués », a fait savoir l’Union des communautés du Kurdistan (KCK), l’organisation qui chapeaute les mouvements rebelles kurdes. La presse progouvernementale a vite accusé l’opposition kurde. Le quotidien Sabah, notamment, a suggéré que le PKK pourrait être à l’origine de l’attentat de samedi. Mais selon les rebelles, « ce massacre doit être compris comme une conspiration du gouvernement AKP pour rester au pouvoir ». Lors du scrutin législatif du 7 juin, l’AKP a perdu la majorité absolue qu’il détenait depuis treize ans au parlement, notamment en raison du bon score réalisé par le HDP. Après l’échec des négociations pour la formation d’un gouvernement de coalition, M. Erdogan a convoqué des élections législatives anticipées pour le 1er novembre.

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Centre pédagogique de Chlef pour les enfants handicapés mentalement

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub