espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6541 - Dimanche 25 Août 2019

Reprise de la pêche au corail à partir de 2017

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Cette activité sera lancée pour «renforcer l'économie nationale par d'autres revenus hors hydrocarbures dans le cadre de la politique de l'Etat visant à diversifier l'économie à travers tous les secteurs, dont la pêche et les ressources halieutiques.

Les opérateurs bénéficiaires de concession pourront reprendre la pêche au corail en 2017, le taux d'avancement des préparatifs juridiques et pratiques ayant atteint 90%.» «Le ministre de l'Agriculture, Abdesselam Chelghoum, a fixé aux cadres de son département l'année 2017 comme dernier délai pour lancer l'exploitation du corail et fin 2016 pour le parachèvement du cadre juridique», a déclaré le directeur général de la pêche au ministère, Taha Hamouche.
Les responsables du secteur ont pour objectif d’organiser la filière et relancer la pêche pour «préserver et protéger cette richesse de la pêche illicite». Les études techniques réalisées dans ce cadre affirment que «l'Algérie figure parmi les rares pays qui disposent d'importantes quantités de cette ressource», selon M. Hamouche. Cette richesse sera un appui économique dans la mesure où elle permettra de créer de nouvelles opportunités de travail d'une part et de nouvelles ressources pour le trésor public d'autre part. Concernant les mesures juridiques prises dans le cadre de la reprise de la pêche au corail, un décret exécutif n°15-213 fixant les modalités et conditions de pêche au corail a été promulgué en date du 26 août 2015.

Ce dernier renferme 25 textes réglementaires répondant à des normes scientifiques et études spécifiques. Selon le même responsable, la durée d'exploitation de la concession en matière de pêche au corail est de 5 ans au maximum, au bout desquelles les périmètres d'exploitation seront fermés et mis en jachère pour une période minimum de 20 ans. Pour le quota annuel maximum autorisé par concession, il est au prorata du nombre de concessionnaires admis, sans toutefois dépasser 3 000 kg par périmètre d'exploitation. La pêche au corail est ouverte successivement par un système de rotation dans deux zones (est et ouest), organisées en deux périmètres à raison de 30 concessionnaires par périmètre au maximum.

Reprise des activités de la pêche du corail de manière «rationnelle»
La loi amendant et complétant la loi 01-11, relative à la pêche et à l'aquaculture, amendée en 2015, prévoit la reprise des activités de la pêche du corail de manière «rationnelle» avec un durcissement des sanctions liées à la pêche illégale du corail. Ainsi, pour s'assurer de la traçabilité de cette ressource naturelle et lutter contre son trafic, des mesures ont été fixées par la loi. Les concessionnaires sont tenus au strict respect de ces mesures. Le concessionnaire soumet une demande à l'Agence nationale de développement de la pêche et de l'aquaculture (ANDPA) pour l'obtention d'un document intitulée «titre de propriété», qui lui est remis après la réunion de la commission locale d'identification du corail relevant de l'Agence.
Le directeur de la pêche au ministère a précisé que le «titre de propriété» permettait au concessionnaire de vendre le corail aux enchères, première étape de la «traçabilité du corail». Le décret exécutif n°15-231 stipule que «le concessionnaire est tenu de vendre 70% du corail pêché à Agenor, relevant du secteur de l'industrie et des mines, qui achète la quantité en contre partie d'une somme d'argent fixée de commun accord». L'agence se charge de la vente du corail aux artisans et aux transformateurs à travers le territoire national. A noter que l'ANDPA a pour mission le contrôle et l'accompagnement des pêcheurs et des plongeurs professionnels dans cette activité à travers ses directions de wilaya.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub