espace pub
Infos en ligne:
  • Baccalauréat 55,88% de taux de réussite ...

  • Le président Bouteflika procède à un mouvement partiel dans le corps de la magistrature ...

  • L’Algérie termine à la 2e place du Championnats arabes open de natation ...

  • Les résultats du baccalauréat seront annoncés jeudi prochain ...

  • Infantino favorable à une candidature maghrébine conjointe ...

  • Ronaldo va quitter le Real Madrid pour la Juventus de Turin ...

  • L'international algérien Riyad Mahrez signe pour 5 ans à Manchester City ...

  • Le bilan provisoire monte à 100 morts ...

  • Abdelghani Hamel quitte la DGSN ...

  • le dirigeant Baghdadi suspendu pour une année ferme ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6212 - Dimanche 22 Juillet 2018

Syrie : Une crise sur fond de pessimisme

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Lors de la récente rencontre ayant regroupé à Lausanne (en Suisse), Washington, Moscou et les principaux pays de la région impliqués militairement dans le conflit en Syrie, il ressort que la plupart des participants demeurent sceptiques quant à l’issue de cette crise.

Constituant une première tentative pour renouer le dialogue entre les deux puissances, en l’occurrence, les Etats-Unis et la Russie, depuis la suspension des pourparlers il y a quelques semaines, ces nouvelles négociations internationales se sont déroulées dans un contexte de pessimisme général. Si pour le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, le moment de commencer le processus de paix demeure urgent, pour son homologue, le secrétaire d’Etat américain John Kerry, cette rencontre, qui s'est déroulée sous tension, promet des idées nouvelles. Deux points de vues dans un format nouveau au sein d’une large «coalition» - Moscou, Washington, le Qatar, la Turquie, l’Arabie saoudite, l’Iran, l’Egypte, l’Irak, la Jordanie et l’émissaire de l’ONU pour la Syrie - qui méritent d’être soulignés quant aux différents angles de vision du conflit. Cesser le carnage, oui ; mais comment et par quels moyens ? Dans ce sens, les espoirs restent minces de l’aveu même des participants. «Je ne m’attends pas à une annonce majeure à la fin de cette rencontre. Cela va être un processus très difficile», a déclaré un responsable américain sous le couvert de l’anonymat, répondant en écho à Sergueï Lavrov qui avait indiqué ne «rien attendre de spécial» de cette réunion. «Personnellement, je ne pense pas qu’on puisse avoir beaucoup d’espoir sur l’issue de cette réunion», a déclaré de son côté le porte-parole du ministère des Affaires étrangères iranien, Bahram Ghassemi. La rencontre de Lausanne intervient dans un climat très tendu entre Moscou et les Occidentaux, qui accusent la Russie de «crimes de guerre» à Alep, une ville dont la chute désormais envisageable constituerait un tournant majeur depuis le début de la guerre en Syrie en 2011.

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président Bouteflika décide le retrait de toute augmentation pour les documents administratifs

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub