espace pub
Infos en ligne:
  • Montée des eaux d'oueds et des routes bloquées suite aux intempéries ...

  • Le NAHD et la JSS nouveaux Dauphins, l'USM Blida en Ligue 2 ...

  • "Ceux qui ne croient pas en un retour peuvent rester chez eux" ...

  • Le retrait des convocations pour l'examen de fin de cycle primaire du 25 avril au 23 mai ...

  • Une condamnation à mort prononcée par le tribunal de Ghardaïa pour espionnage ...

  • Adoption des bilans moral et financier 2017 ...

  • Raffinage du brut algérien à l'étranger: nous avons obtenu l'autorisation ...

  • Le club consacre 200 millions de livres pour le mercato estival dont 60 réservés à Mahrez ...

  • L'Algérie continuera de rapatrier les immigrants illégaux en concertation avec leurs pays d'origine ...

  • la JS Kabylie décroche sa onzième finale ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6140 - Jeudi 26 Avril 2018

Terreur dans les stades

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

La violence dans les stades fait encore parler d’elle. Nos rencontres de football se déroulent désormais dans un climat marqué par une extrême tension.

A peine sommes-nous sortis du long feuilleton de l’équipe nationale que la coutumière violence refait son incursion et d’une manière à nous faire rappeler son étendue. Pas plus tard que ces derniers jours, des supporteurs ont opéré une descente dans une séance d’entraînement pour demander des explications aux joueurs. Fort heureusement, et miraculeusement aucun incident n’a été enregistré mais les joueurs ont tout de même eu la peur de leur vie. Un peu plus loin, dans un stade comble, des fans, survoltés et enflammés, ont sorti le grand jeu et envahi le stade pour semer la terreur. Deux faits saillants d’une interminable violence dans laquelle les supporteurs dictent leur loi. Celle de la jungle bien évidemment où des vies humaines sont exposées à la mort. Y a-t-il un moyen ou non de combattre ce phénomène ? Si oui, l’Algérie a trop tardé pour le faire et, dans le cas contraire, mieux vaut mettre la clé sous le paillasson et fermer boutique que d’assister continuellement à des scènes d’un autre âge. Vraiment on n’arrive pas à comprendre tous ces atermoiements à assainir le football de telles attitudes, non seulement condamnables mais aussi déplorables. A Béjaïa, les supporteurs ont, au coup de sifflet final, envahi le terrain et semé le désordre. Les joueurs ont eu du mal à quitter le stade et il aura fallu l’intervention musclé des services d’ordre pour ramener le calme. Il a fallu de très peu pour que le drame survienne. Va-t-on encore une fois sortir la carte du huis clos en guise de sanction ? Bien entendu, son inefficacité a été prouvée depuis longtemps mais on s’entête à le maintenir contre vents et marées. On dirait que les responsables de notre football sont en panne d’idées et sont incapables de réfléchir à des solutions à même d’amoindrir la portée de cette violence.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

La ville de Boufarik après le crash tragique d'un l'avion militaire

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub