Infos en ligne:
  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

  • L'ère Alcaraz prend fin six mois après, l'instabilité perdure chez les Verts ...

  • La FAF convoque les locaux en l'absence d'Alcaraz ...

  • Le Nigeria a composté son billet pour le Mondial 2018 ...

  • Au moins 17 morts et 26 disparus dans un naufrage ...

  • disparition d'un citoyen à Bouzguene, large mobilisation pour le retrouver ...

  • M. Guitouni prône des actions conjointes pour relever les défis actuels ...

  • Le pétrole en légère hausse, le Brent à plus de 54 dollars ...

  • Les réserves de change à 105 milliards de dollars ...

  • L'Algérie exprime sa "grande préoccupation" et appelle à la "protection en urgence" des Rohingya ...

Quotidien d'information indépendant - n° 5979 - Mercredi 18 Octobre 2017

Un cran de plus dans la pisciculture saharienne

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Ce ne sont pas des «Scinque officinal», (poissons de sable), mais des carpes, et autre poissons d’eau douce qu’il s’agit. Au moment où nous assistions à un séminaire sur la diversification des économies, un programme soutenu à concurrence de 15 millions d’euros sous le thème «Diveco 2», nous avions appris par un communiqué de l’APS, qu’à Biskra, il y a eu la signature d’une convention cadre entre l’université Mohamed Khider et la Chambre de commerce et d’industrie, CCI-Ziban, pour la formation en Indonésie d’étudiants en pisciculture.

La signature de l’accord, par le recteur de l’université, Belkacem Slatnia, et le président de la CCI-Ziban, Abdelmadjid Khobzi, s’est déroulée à l’auditorium Omar Assassi en présence de l’ambassadrice d’Indonésie en Algérie, Machrusah Safira. Inscrit dans le cadre du renforcement des échanges entre l’université et les opérateurs économiques, l’accord qui prévoit la prise en charge par la CCI-Ziban des frais de déplacement (aller et retour) des étudiants vers l’Indonésie, est ouvert également aux candidatures des étudiants en agronomie de cette université «en fonction de leur degré de mérite», selon les termes de la convention. L’initiative prévoit également l’accompagnement par le ministère des Affaires étrangères des étudiants, lors de leur séjour à l’étranger, tandis que l’ambassade indonésienne en Algérie, couvrira les frais de la formation en Indonésie. Les procédures administratives liées à la mise en œuvre de l’accord ont débuté, et les stagiaires pourraient être prêts pour le déplacement avant la fin du premier semestre de l’année 2017. A leur retour, les stagiaires devront réaliser, à Biskra, un centre pilote de pisciculture dont l’agrément sera accordé par le ministère de l’Agriculture et de la Pêche. La wilaya sera chargée d'affecter un terrain pour la concrétisation du projet dont le financement sera assuré par l’ANSEJ. La signature de l’accord s’est déroulée en présence du wali de Biskra, du directeur de l’Assistance technique à la direction générale de la Pêche et de la Pisciculture au ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, ainsi que le représentant du directeur général de l’ANSEJ. Pour les observateurs c’est un aboutissement logique. Cette démarche a été entamée depuis 2010 lors de la mandature de Rachid Benaissa et de Sid Ahmed Ferroukhi. En cette période, il était question de rentabiliser l’ensemble de l’infrastructure de l’irrigation agricole. Tous les bassins réalisés lors de la période de Barkat, devaient être mis à profit. L’agriculture maraichère a explosé, à tel point que la wilaya de Biskra se partage le podium national de la production agricole avec celle d’Oued Souf. Certes les fertilisants et engrais étaient, au départ des composants chimiques, mais ils furent remplacés par des engrais naturels, tels les fientes de volailles et les fumiers ovins. L’idée consistait à éviter au maximum les intrants chimiques. Donc les milliers de bassins d’irrigation, réalisés lors des programmes de développement des capacités de production par l’équipe de Barkat, devaient être mis à profit pour l’élevage piscicole. Pour les nourrir, il était question d’utilisation des urines et bouses de bovins, et ces derniers dégageant leurs excréments qui sert d’engrais dilué dans l’eau qui irrigue les champs et autres palmeraies. «C’est comme ça que la pisciculture se développe à Biskra», relève un spécialiste. M. Khobzi, qui s’est occupé maladroitement des produits dattiers se rattrape, cette fois-ci «avec tac» pour le développement des produits piscicoles. La formation des jeunes sortants universitaires, en pisciculture et en aquaculture, est une idée excellente. Sauf que le choix des candidats ne doit pas être une simple formalité pour des connaissances pistonnées pour un voyage touristique en Indonésie. Ces remarques ne doivent en aucun cas décourager les promoteurs de cette noble tâche. Les bonnes actions couvrent les imperfections. Le ministère du Commerce et la direction générale de la Pêche doivent convier le président de la CCI Zibans pour une gratification ou une distinction.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev en Algérie

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub