Infos en ligne:
  • Beihdja Rahal enchante le public algérois avec son nouvel album ...

  • Infantino "confiant" pour le Mondial-2022 au Qatar ...

  • "Il n'y a pas d'état d'urgence non déclaré" en Algérie ...

  • Un sexagénaire tue trois personnes à Taghzout à l’aide d’un fusilde chasse ...

  • Deux journalistes viennent de nous quitter à jamais ...

  • Une terroriste accompagnée de ses 3 enfants se rend aux autorités militaires à Jijel ...

  • Alcaraz entame son travail avec les Verts ...

  • M. Rachid Nadil désigné directeur général par intérim de Naftal ...

  • Le but de Bentaleb face à Augsbourg présélectionné pour être le plus beau de la saison ...

  • L'international algérien Mahrez veut changer d'air ...

Quotidien d'information indépendant - n° 5883 - Jeudi 22 Juin 2017

L’ONU appelle à un nouveau calendrier pour mettre en oeuvre l’accord de paix

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a appelé vendredi à un nouveau calendrier pour mettre en oeuvre l’accord de paix et de réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger en exhortant les parties maliennes à s’entendre sur une vision claire sur ses mécanismes de suivi.

«A ce stade critique, j’invite les parties signataires à s’entendre sur une vision claire de l’avenir de l’accord et de ses mécanismes de suivi, et à fixer un nouveau calendrier pour sa mise en oeuvre», a indiqué le chef de l’ONU dans son rapport sur la situation au Mali, présenté vendredi au Conseil de sécurité. Guterres a estimé que les parties signataires «doivent traduire leur attachement à la paix en actions concrètes», souhaitant que la nomination d’un observateur indépendant, telle que prévue dans l’accord, pourra se faire sans tarder, et qu’elle contribuera à insuffler une nouvelle dynamique au suivi de sa mise en oeuvre. Près de deux ans après la signature de l’accord, et alors que la période transitoire touche à sa fin, en juin, le Mali se trouve de nouveau à un tournant. «Les progrès accomplis au niveau politique ne se sont pas encore traduits par des progrès en matière de sécurité sur le terrain», a-t-il constaté. Au cours de l’année écoulée, les groupes extrémistes violents ont élargi leur champ d’action et accéléré le rythme de leurs opérations dans le but de contrecarrer le processus de paix, tandis que de nouveaux groupes armés ont vu le jour, a relevé Guterres. «Le trafic de drogues et d’autres activités criminelles continuent d’entraver fortement la mise en oeuvre de l’accord et d’influer sur les prises de position des groupes armés», a-t-il dit. Pour autant, il a noté que «des progrès notables» ont été accomplis, en dépit des divergences de vues existantes, dans la mise en oeuvre des mesures provisoires prévues dans l’accord en matière de politique et de sécurité. «Malgré de multiples retards, l’instauration des autorités intérimaires dans chacune des cinq régions septentrionales est digne d’éloges», a relevé Guterres qui a félicité le gouvernement malien, la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) et la Plate-forme pour les efforts constants qu’ils déploient en vue de faire avancer le processus de paix, avec l’appui de l’équipe de médiation internationale.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Le Premier ministre présentera aujourd'hui le plan d'action du gouvernement devant l'APN

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub