pub
Infos en ligne:
  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

  • L'ère Alcaraz prend fin six mois après, l'instabilité perdure chez les Verts ...

  • La FAF convoque les locaux en l'absence d'Alcaraz ...

  • Le Nigeria a composté son billet pour le Mondial 2018 ...

  • Au moins 17 morts et 26 disparus dans un naufrage ...

  • disparition d'un citoyen à Bouzguene, large mobilisation pour le retrouver ...

  • M. Guitouni prône des actions conjointes pour relever les défis actuels ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6004 - Samedi 18 Novembre 2017

Des vies fauchées par le train

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

A Sidi Bel-Abbès, spécialement dans le périmètre du chef-lieu de wilaya, le train devient imprévisible. Il frappe sans avertir semant la terreur au sein de la population avoisinante.

En plein agglomération, ce serpent de fer devient telle une machine à liquider silencieusement des vies. Les rails ne peuvent être évités, du fait qu’elles coupent la ville en deux obligeant les gens, des écoliers en l’occurrence, au passage à chaque besoin. Devant des passages non gardés et des rails non protégés, le train devient maître des lieux telle un alligator qui tue par légitimité s’offrant les défaillances d’une négligence caractérisée des autorités concernées. Le temps du train siffle trois fois est révolu. Les pilotes de train deviennent fous à les voir klaxonner sans relâche avant d’entrer à la gare créant une gêne sonore insupportable sans autant le vouloir. Ils sont plus terrorisés que ces victimes qui accablent leurs paisibles existences. C’est le témoignage d’un chauffeur de train : «Ces victimes restent colées dans nos têtes pendant plusieurs jours. Un vrai cauchemar ». Entre temps, le bilan s’alourdi. Un autre jeune âgé dans la trentaine vient d’être déchiqueté par le train au passage non gardé de Sidi Djillali. Il a fallu du courage et une force immesurable pour rassembler ses parties détachées par le choc du train. Une scène affreuse à la limite de l’insupportable, mais faut-il encore se limiter à réduire des tragédies pareilles à de simples accidents. Faut-il encore se limiter aux faits saillants sans autant éveiller les sentiments afin de provoquer des réactions. Ne pas oser heurter les sensibilités, c’est banaliser une mort, vendre la vie au rabais, et le seul souffrant reste celui qui va perdre cette compagnie. On devient de la sorte égoïste. A l’avenir, il ne faut plus se limiter à décrire une catastrophe par un simple accident compris dans un heurte et une dépouille évacuée à la morgue.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Loi de Finance 2018 présenter aux députés

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub