espace pub
Infos en ligne:
  • L'Algérie condamne avec "la plus grande vigueur le bain de sang" perpétré à Ghaza ...

  • Des vols vers Alger déroutés vers d`autres aéroports en raison d'un épais brouillard ...

  • La JSS et le NAHD assurés de participer à une compétition continentale la saison prochain ...

  • L'acquisition de la raffinerie d'Augusta a coûté moins de 1 milliard de dollars ...

  • L'accession du MO Béjaïa et la relégation du CRB Aïn Fakroune ...

  • Le fonds d'indemnisation des épargnants augmenté à 2 millions DA ...

  • Sauvetage de quatre pêcheurs au large du littoral entre Chlef et Mostaganem ...

  • Le FC Porto est assuré de remporter son 28e titre de champion du Portugal ...

  • Montée des eaux d'oueds et des routes bloquées suite aux intempéries ...

  • Le NAHD et la JSS nouveaux Dauphins, l'USM Blida en Ligue 2 ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6165 - Samedi 26 Mai 2018

Un exemple classique de nettoyage ethnique

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Zeid Ra'ad Al Hussein a jugé hier que le traitement de la minorité musulmane Rohingya par la Birmanie s'apparente à un «exemple classique de nettoyage ethnique».

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU a mis sur pied le 24 mars «une mission internationale indépendante» pour enquêter sur des exactions qui auraient été commises par des membres de l'armée contre la minorité musulmane des Rohingyas, mais la Birmanie n'a pas autorisé les experts à se rendre sur place. «La Birmanie ayant refusé l'accès aux enquêteurs (...), l'évaluation actuelle de la situation ne peut pas être entièrement réalisée, mais la situation semble être un exemple classique de nettoyage ethnique», a déclaré M. Zeid, à l'ouverture de la 36e session du Conseil à Genève. Traités comme des étrangers en Birmanie, un pays à plus de 90% bouddhiste, les Rohingyas sont apatrides même si certains vivent dans le pays depuis des générations. Des attaques meurtrières des rebelles Rohingyas contre la police fin août en Birmanie ont déclenché une nouvelle répression de l'armée. Cette «opération (...) est clairement disproportionnée et sans égard pour les principes fondamentaux du droit international», a affirmé le Haut-Commissaire. «Nous avons reçu de multiples rapports et des images satellites montrant des forces de sécurité et des milices locales brûlant des villages Rohingyas, et des informations cohérentes faisant étant d'exécutions extrajudiciaires, y compris de tirs sur des civils en fuite», a-t-il ajouté. D'après les derniers chiffres des Nations unies, plus de 300 000 personnes, la plupart des musulmans de la minorité Rohingya, se sont réfugiées au Bangladesh pour fuir les troubles. Des milliers de personnes seraient toujours en fuite, cachées dans les forêts ou sur des collines du côté birman, sans vivres ni eau. «J'appelle le gouvernement à mettre un terme à son opération militaire cruelle» et aux «discriminations généralisées» dont souffrent les Rohingyas, et enquêter sur «toutes les violations», a dit M. Zeid. «Le gouvernement devrait cesser de prétendre que les Rohingyas mettent le feu à leurs propres maisons», a-t-il poursuivi, dénonçant un «déni complet de la réalité». Les Rohingyas ont déclaré dimanche un cessez-le-feu unilatéral d'un mois rejeté par le gouvernement birman. Le Bangladesh, pays très pauvre, fait face depuis deux ans à l'arrivée de centaines de milliers de Rohingyas. Le Bangladesh a dénoncé la semaine dernière le minage de la zone frontalière entre les deux pays, après une série d'explosions qui ont grièvement blessé des Rohingyas fuyant la violence. M. Zeid s'est dit «consterné par les informations selon lesquelles les autorités de Birmanie ont commencé à poser des mines le long de la frontière avec le Bangladesh» et «d'avoir appris que les réfugiés qui ont fui la violence ne pourront revenir que s'ils peuvent fournir une «preuve de leur nationalité». «Cette mesure ressemble à un stratagème cynique visant à transférer de force un grande nombre de personnes sans qu'elles puissent revenir», a-t-il dit.

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Grève des médecins : activation des mesures administratives au niveau des hôpitaux

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub