pub
Infos en ligne:
  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

  • L'ère Alcaraz prend fin six mois après, l'instabilité perdure chez les Verts ...

  • La FAF convoque les locaux en l'absence d'Alcaraz ...

  • Le Nigeria a composté son billet pour le Mondial 2018 ...

  • Au moins 17 morts et 26 disparus dans un naufrage ...

  • disparition d'un citoyen à Bouzguene, large mobilisation pour le retrouver ...

  • M. Guitouni prône des actions conjointes pour relever les défis actuels ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6006 - Lundi 20 Novembre 2017

Un projet des changes d’expérience agricole entre l’Algérie et le FIDA

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazghi, a présidé, hier, la cérémonie du lancement des travaux du projet du Développement complet des chaînes de valeur dans les populations agricoles du Proche-Orient et de l'Afrique du Nord, d’une valeur financière de 3 millions de dollars.

Ce projet est entre l’Algérie et le Fond international du développement agricole (FIDA), et a pour objectif de garantir la sécurité alimentaire et l’auto-satisfaction des partenaires par les échanges d’expériences, spécialement le Soudan qui est considéré comme un pays avec des performances agricoles très développés.
Le premier responsable du secteur a affirmé que le projet s'inscrit dans le cadre de la coopération Sud-Sud et l'achèvement du partenariat Nord-Sud, et vise en premier lieu à financer les pays partenaires «Palestine, Soudan et Djibouti» pour une période de quatre ans, entre 2017 et 2021, par l'échange d'expériences entre les pays de «MENA».
Pour sa part, l'ambassadeur palestinien en Algérie Luay Issa a déclaré que le projet comprenait des pays qui possèdent des ressources naturelles dans divers domaines agricoles, notamment la Palestine, le Soudan et Djibouti comme première étape du projet.

Sur le même volet, l’ambassadeur palestinien a mis l’accent sur la contribution de l’Algérie dans le financement dans ce projet, spécialement de par son expérience agricole. Cette dernière est considérée comme un début de la création du Centre d'excellence en agriculture. Dans ce sens, il a souligné que ce projet est un pas pour soutenir les pays du monde pour arriver à avoir la sécurité alimentaire et économique ainsi que faire profiter entre eux de leur expérience agricole.
En ce qui concerne l’enveloppe consacrée pour le projet, qui est de 3 millions de dollars, l’expert économique dans la région du Moyen-Orient et l’Europe, Abdelkarim Semma et le haut représentant de la FAO, ont considéré que cette enveloppe est juste la somme pour la première étape de la réalisation du projet, expliquant qu’il aura d’autres financement qui concerneront d’autres pays. Par ailleurs, sur le rôle de l’Algérie dans le lancement du projet, le haut représentant de la FAO, Abdelkarim Semma, a souligné que l’Algérie est parmi les financeurs importants pour donner une nouvelle dimension pour le développement agricole dans les pays sélectionnés.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Loi de Finance 2018 présenter aux députés

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub