pub
Infos en ligne:
  • Les techniciens de la maintenance entament une grève illimitée ...

  • L’Algérie se dirigera vers l’exportation de turbines d’énergie électrique ...

  • Le qatari Nasser Al-Khelaïfi interrogé par la justice en Suisse ...

  • Symposium sur le renouveau du football algérien ...

  • L'ère Alcaraz prend fin six mois après, l'instabilité perdure chez les Verts ...

  • La FAF convoque les locaux en l'absence d'Alcaraz ...

  • Le Nigeria a composté son billet pour le Mondial 2018 ...

  • Au moins 17 morts et 26 disparus dans un naufrage ...

  • disparition d'un citoyen à Bouzguene, large mobilisation pour le retrouver ...

  • M. Guitouni prône des actions conjointes pour relever les défis actuels ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6006 - Lundi 20 Novembre 2017

Les derniers jours d’Alcaraz…

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Tout le monde semble scruter l’horizon en attendant la fin de l’ère Alcaraz afin de voir plus clair dans l’avenir de la sélection nationale. Que s’est-il passé hier pour que rien ne soit remarqué dans cette Equipe nationale algérienne ? Ou alors, comme le soulignait un consultant, sur un plateau télé d’une chaîne privée «les bonnes volontés ne se manifesteraient que pour creuser et entretenir davantage les divisions».

Ce qui serait du départ de l’Espagnol, non seulement un soulagement pour l’ouverture d’un autre débat que nous proposerait le prochain sélectionneur, mais une occasion pour comprendre que nous sommes les champions dans le recrutement de sélectionneurs.
La question vaut son pesant d’or. Qu’est-ce qui ne fonctionne pas bien dans cette équipe nationale ? Le staff technique ? Les joueurs ? L’interférence entre staff et le Bureau fédéral ? Des interrogations pleuvent sur la politique de développement de notre football. C’est encore flou, mentirait celui qui tenterait d’apporter un éclairage sur ce qui se passe. Chasser un sélectionneur pour le remplacer par un autre.
Ok, disent ceux qui sont scellés à la FAF. Mais d‘autres vous répondent que ce n’est pas la solution. Zetchi, se cacherait derrière les échecs d’Alcaraz qui n'a pas convaincu par ses résultats pour suivre le courant des réformistes. Il a accepté à contrecœur de discuter avec le sélectionneur pour une séparation à l'amiable, lui qui avait déclaré à chaque rencontre avec les médias qu’il assumait ses choix.

«Les dernières déconvenues de l’EN ne plaident pas en sa faveur, et si ça ne tenait qu’à moi, je pense qu’il vaut mieux qu’il quitte son poste… le peuple algérien ne veut plus d’Alcaraz», a souligné Zetchi sur une chaîne privée. Le problème qui risquerait de se poser est la formule qu’il utiliserait pour se séparer de lui sans conséquence financière. Il quitterait donc le territoire national après le dernier match face au Nigeria, programmé le 10 novembre à Constantine.
Ainsi, la pression est tellement forte qu’ils ne veulent pas de lui, ils souhaiteraient qui prennent ses bagages dès cette semaine pour donner le temps au prochain locataire de driver les Verts. La formule semble toute trouvée par des observateurs, des spécialistes, le ministre, des membres du BF et quelques supporters. En attendant, il faudrait scanner au plus vite l’ensemble des circuits qu’a imprimé la FAF d’hier et les circuits que souhaiterait injecter l’actuelle équipe.

Moderniser le football est naturellement un passage obligé. Mais peut-on «moderniser» les esprits ? Que de fois les médias n’avaient-ils pas dénoncés la composition de l’actuel BF qui constitue la véritable courroie de transmission ? En attendant, la rue, soucieuse de l’état des lieux de notre football s’inquiète. S’agissant de matches amicaux, la FAF aurait reçu quelques demandes qui viennent de la Fédération de Norvège et du Ghana.
Une aubaine pour le prochain sélectionneur, si Alcaraz est lâché, de saisir cette opportunité pour s’engager sur un terrain très fragile qui gagnerait à être reconstruit pour entamer les prochaines rencontres qui s’inscrivent dans le cadre des éliminatoires de la CAN-2019. Ceci restera valable dans le cas où le BF décide de maintenir l’actuel sélectionneur jusqu'à 10 novembre.
Enfin, il est à signaler que les entraîneurs qui seraient sur la liste de la FAF sont le Français Roland Courbis, l’ancien international Djamel Belmadi et Claude Ranieri. Une commission chargée de la gestion des candidatures de la FAF a été installée pour étudier les profils d’entraîneurs qui correspondent aux besoins, mais surtout au projet et aux objectifs tracés par l’actuelle fédération.

espace pub

Vos Commentaires

Vidéo LNR

Loading the player...

Loi de Finance 2018 présenter aux députés

espace pub

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub