espace pub
Infos en ligne:
  • Le NAHD et la JSS nouveaux Dauphins, l'USM Blida en Ligue 2 ...

  • "Ceux qui ne croient pas en un retour peuvent rester chez eux" ...

  • Le retrait des convocations pour l'examen de fin de cycle primaire du 25 avril au 23 mai ...

  • Une condamnation à mort prononcée par le tribunal de Ghardaïa pour espionnage ...

  • Adoption des bilans moral et financier 2017 ...

  • Raffinage du brut algérien à l'étranger: nous avons obtenu l'autorisation ...

  • Le club consacre 200 millions de livres pour le mercato estival dont 60 réservés à Mahrez ...

  • L'Algérie continuera de rapatrier les immigrants illégaux en concertation avec leurs pays d'origine ...

  • la JS Kabylie décroche sa onzième finale ...

  • Le roi du Maroc adresse un message de condoléances au «peuple algérien frère» ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6139 - Mercredi 25 Avril 2018

Le FNA est un parti d’opposition et il le restera

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Il y a une dizaine d’années, le FNA était la troisième force politique à Djelfa. Les meetings qu’il organisait étaient populaires. Il lui fallait de très grandes salles pour contenir ses militants et sympathisants.

Aujourd’hui une petite salle dans une petite commune a amplement suffit pour abriter la cinquantaine de personnes venue écouter moussa Touati. C’est la salle polyvalente d’un groupe de scout de la commune. Cette commune qui était, il y a dix ans, dirigée par un maire FNA. Moussa Touati n’est pas venu pleurer sur les ruines. Il est venu défendre des idées. Défendre un programme qu’il a étalé à l’assistance. A tel point qu’à un moment, un vieux lui demande de rester devant le micro et de lui poser les problèmes. Il fustigera l’assemblée sortante et demanda au président du FNA, pourquoi les partis ne peuvent pas retirer la confiance aux élus qui ont trahi ou qui trahissent la ligne de leur parti. Il étalera un ensemble de problèmes. Moussa Touati saisira l’occasion pour lui expliquer que ce n’est pas au maire de son parti qui est mis en cause, et lui rappellera, «qu’il y a plus de cinq ans ils y avaient un maire FNA à Ain Maabed et que le parti ne lui a pas renouvelé sa confiance parce qu’il avait trahi la confiance du parti et celle des citoyens, qui avaient voté pour lui». «C’est pour cela qu’il ne fait plus partie des militants du FNA». Concernant les prérogatives des maires, Touati expliquera que le maire n’est que «une légume sur couscous, c'est-à-dire décors» «et que ce sont les chefs de dairate qui ont le pouvoir, ce sont eux qui gèrent les affaires des communes, logements, marchés etc..» pour conclure : Nous sommes un parti des pauvres des sans argents et des vrais citoyens.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

La ville de Boufarik après le crash tragique d'un l'avion militaire

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub