f"]; var len = locations.length; var iframe = $('#ad-iframe'); var i = 0; setInterval(function () { var location_item = locations[++i % len]; if( location_item == "pub/LNR.gif" ) { $('#ad-link').attr('href',"https://allianceassurances.com.dz"); } else if ( location_it
espace pub
Infos en ligne:
  • Décès de l’ancien commandant de la Gendarmerie nationale ...

  • Infantino donne son accord de principe pour venir en Algérie ...

  • Belatoui nouvel entraîneur du MC Oran ...

  • Le départ de l'entraineur Badou Zaki confirmé ...

  • Le volume des investissements de Sonatrach à près de 10 milliards dedollars ...

  • L'équipe nationale de football, sous la houlette de son nouveau sélectionneur Djamel Belmadi ...

  • Vingt cas de décès ont été enregistrés parmi les pèlerins algériens dans les lieux saints ...

  • Le Président Bouteflika à Genève pour les contrôles médicaux périodiques ...

  • Belmadi veut instaurer un nouveau projet de jeu ...

  • Islam Slimani officiellement présenté ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6283 - Mercredi 17 Octobre 2018

Le spectre de la G.C.A plane sur Deldoul

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Encore une fois le spectre de la Générale des Concessions Agricoles refait surface dans la commune de Deldoul. Elle est bien morte et enterrée la G.C.A, mais elle vient de renaître à travers l’ERGR Atlas de Djelfa. On a été, mon confrère de Beur TV et moi, appelés à couvrir un événement ayant trait à une protestation des Ouled Toaba contre une tentative d’une entreprise publique venant s’installer sur les Arch des cette tribu.

La simple visite chez le maire par l’encadrement de cette entreprise en présence de quelques élus a mis aux abois toutes les fractions des ouled Toaba de Deldoul. Arrivés en catastrophe sur les lieux le maire Mohamed Benboulerbah et ses adjoints n’avaient pas encore quitté leurs postes bien que les deux aiguilles de la montre soient à la verticale indiquant midi trente. C’est ce qui explique sa reconduction pour un nouveau mandat. On reprend la route pour découvrir une plaine à perte de vue. Parfois verdoyante et parfois désolante. Pourtant les bassins d’accumulation d’eau les niches de protection de forages et les maisons rurales sont des témoins d’un travail soutenu et subitement arrêté. Connaissant l’historique de cette région et de l’intervention de la GCA pour la mise en valeur des terres, connaissant bien les tenants et aboutissants des situations et de la chronologie de l’évolution des événements cela ne nous étonne guère. Ce n’était pas le cas de mon confrère bien qu’il soit aguerri dans le domaine du foncier agricole. Pour avoir un aperçu claire de la situation la GCA avait formulé au début de l’année 2000 l’intention de mettre en valeur ces terres. Le maire d’alors avait entamé les inscriptions des candidats à l’obtention de concessions. Les premiers à s’inscrire étaient les chômeurs ainsi que des listes proposées par le représentant de la GCA. C’est ainsi que naquit le conflit  pour défendre les terres dites de Arch. Les Ouled Toaba se liguent en un seul homme pour protester contre cette démarche. La tension monte à son paroxysme. C’est le doigtée du wali d’alors M. Mohamed el Kabîr Addou  et la confiance accordée à l’ex HCDS Kacimi Belkacem qui ont pu résoudre le conflit en trouvant une solution idoine. Le compromis consistait à ce que les Ouled Toaba mettent les terres à la disposition de la GCA et que cette dernière après leur mise en valeur soient remises aux membres des fractions de la tribu selon l’occupation spatiale de chacun. Les résultats étaient probants et dépassaient toutes les prévisions et attentes. Cette bonne démarche s’arrêta nette a cause du scandale de la GCA. Ceux qui avaient bénéficié des concessions ont travaillé et leurs efforts ont été récompensés. Les récoltes furent prolifiques. Mais de l’autre côté deux problèmes surgirent, la Sonelgaz n’avait pas tiré des lignes électriques dites agricoles. Les plantations s’assèchent et meurent. Car sans eau il n’y aura pas de vie. Les concessions mises en valeur dépérissent l’une après l’autre. Sauf celles ou les concessionnaires avaient investis leurs économies. Ainsi est faite l’histoire des territoire des Ouled Toaba.        Mon confrère Ahmed Mihoub qui connait les terres d’autres zones ne pouvait pas faire le trajet sans les multiples haltes pour prendre des plans de coupe. Il a filmé des terres en jachère et des concessions exploitations agricoles verdoyantes. Nous avions retrouvé le maire de la commune de Deldoul avec des élus et des citoyens. Nous nous sommes fixé un objectif celui de rencontrer les personnes qui nous ont fait appel et pour la comparaison un cas de réussite et un autre en attente des récupération des terres de son Arch. Pour l’exemple de la réussite ce fut le citoyen Sia El-Megherbi qui sur ses terres a mis en valeur 450 hectares en exploitation modèle. En face les terres familiales soit 450 autres hectares qui ont été remis dans le cadre de l’entente avec la GCA sont en jachère. Il n’y a pas photo. Ses frères et ses cousins étaient presque tous sur le point de la révolte ils en veulent à leurs parents d’avoir accepté le compromis avec la GCA car ils n’arrivent même pas à récupérer leurs terres. Surtout depuis l’arrivée de l’ERGR Atlas qui selon nos interlocuteurs s’est appropriée définitivement leurs terres. Nous avions alors décidé de rencontrer le Directeur général de l’ERGR Atlas qui nous a reçu en son bureau à Djelfa et qui semblait très gêné. Il est mis en confiance de par son estime envers nous et l’avions rassuré de notre dextérité. Il refuse catégoriquement de faire une déclaration à la télévision. Il finira par nous informer que ces terres ont été attribuées à son entité (ERGR) par le wali de Djelfa. Pour rappel nous avions assisté à la rencontre organisée par la wilaya ou les grands agriculteurs furent conviés. En cette occasion le wali avait rappelé les termes de la loi 10/03 et son article consistant à la réquisition par l’Etat les terres arables laissées en jachère pour qu’elles nourrissent la population. Trois zones furent proposées par le Directeur des services agricoles : une au nord et deux au sud dont le résidu de la GCA. Il expliquera à mon confrère que les intentions de l’ERGR Atlas sont honnêtes et c’est de la bonne volonté qui anime son équipe. Il ajoutera qu’avec son entreprise la réussite est assurée et qu’avec cette mise en valeur 03 personnes par hectare seront employées. La finalité les terres aujourd’hui sont en jachère. Si au bonheur de tous elles redeviennent nourricières et qu’elles soient mises en état de nourrir la population c’est cette fin qui justifierait les moyens. Sauf que ces terres appartiennent aux Ouled Toaba et ce sont eux qui ont la primauté.

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Jijel, Magnifique nature et attractions touristiques qui attirent les visiteurs

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub