espace pub
Infos en ligne:
  • Raffinage du brut algérien à l'étranger: nous avons obtenu l'autorisation ...

  • Le club consacre 200 millions de livres pour le mercato estival dont 60 réservés à Mahrez ...

  • L'Algérie continuera de rapatrier les immigrants illégaux en concertation avec leurs pays d'origine ...

  • la JS Kabylie décroche sa onzième finale ...

  • Le roi du Maroc adresse un message de condoléances au «peuple algérien frère» ...

  • Le Porte-parole du MAE regrette les propos de l'ambassadeur de France sur l'attribution des visas ...

  • Les nouvelles extensions inaugurées lundi seront mises en service mardi 10 avril ...

  • Le nouveau prestataire sera opérationnel à partir de lundi à Alger ...

  • L'Algérien El-Hocine Zourkane a été sacré champion du monde universitaire de cross-country ...

  • Le Marocain Badou Zaki rebondit de nouveau en Algérie ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6134 - Jeudi 19 Avril 2018

Le carnaval Ayrad sillonne le centre-ville pour célébrer le nouvel an amazigh

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le carnaval Ayrad, avec des comédiens déguisés selon la coutume des Beni Senous (Tlemcen), avec des masques et des capes, a sillonné vendredi les rues du centre ville d’Oran pour célébrer le nouvel an amazigh, a-t-on constaté sur place.

L’évènement, organisé par la direction locale de la culture, en collaboration avec l’association Numydia, et la participation de l’association "ArtActif", a drainé un grand nombre de spectateurs, notamment des familles oranaises qui ont tenu à assister à l’évènement en tenues traditionnelles. Le carnaval a été organisé dans le cadre de la semaine culturelle amazigh à Oran, avec un programme riche en activités : cours d’initiation à la langue amazighe, expositions et autres conférences, a souligné le chargé de communication de la direction de la culture Noré Mekhessi. Des spectateurs du carnaval se sont dits particulièrement fiers de célébrer cette année Yennayer, désormais consacré fête nationale. "Il vaut mieux tard que jamais", confie Ami Moh, un octogénaire, qui se dit, en dépit de tous, "content de voir l’Algérie renouer avec ses racines Berbères".

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

La ville de Boufarik après le crash tragique d'un l'avion militaire

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub