espace pub
Infos en ligne:
  • Le MCA remporte le derby, le MOB accroché ...

  • Crash d'un avion d'instruction à Oran, décès du pilote ...

  • Le gouvernement entamera dès sa mise en place les préparatifs de la conférence nationale ...

  • L'ANP accomplit des "missions nobles" au service de son pays et de son peuple ...

  • La Bundesliga réalise 4,42 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018 ...

  • Le ministère de l'Enseignement supérieur ne ménage aucun effort ...

  • L'Organisation des pays exportateurs de pétrole ...

  • La Fédération internationale de football , a officialisé la création d’un comité de normalisation ...

  • Le corps inerte du pompier disparu à Bouira repêché ...

  • Bensalah plébiscité président du Conseil de la nation ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6414 - Dimanche 24 Mars 2019

Prévisions d’une légère hausse en 2018

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Les prévisions des transferts d’argent faits par la diaspora algérienne établie à l’étranger sont estimées à 2,157 milliards de dollars (mds usd) en 2018 contre 2 mds usd en 2017. C’est ce que fait ressortir, hier, la copie préliminaire du rapport la Banque mondiale qui livre les récents développements et les prévisions concernant les transferts de fonds vers différentes régions du monde en 2018.

Ce rapport indique que ces envois de fonds devraient augmenter. Le montant prévu représente 1,1% du Produit intérieur brut (PIB) de l’Algérie, précise le même rapport. Si cette prévision est confirmée, il s’agira alors de la première progression après cinq ans de stabilisation. De 2013 à 2017, les envois de fonds vers l’Algérie se sont stabilisés autour de 2 mds usd, selon les données de la BM. Les flux attendus cette année restent, cependant, inférieurs au record de 2,4 mds usd enregistré en 2004. Comparé aux autres pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), les transferts de fonds des Algériens établis à l'étranger restent moins importants, malgré cette progression projetée. Selon les mêmes prévisions, l’Egypte maintient toujours la première place avec 25,7 mds de dollars, suivi du Liban avec 7,8 mds de dollars, du Maroc (7,4 mds du dollar) et de la Jordanie (4,4 mds de dollars).
Les transferts de fonds des Tunisiens devraient se chiffrer à deux mds de dollars cette année. Les transferts vers la région Mena devraient augmenter de 9,1% cette année à 59 mds de dollars contre 6% en 2017. Cette augmentation est essentiellement tirée par la croissance rapide attendue en Egypte (+14%). Pour 2019, l’institution de Bretton Woods prévoit un ralentissement des envois à 2,7%. La baisse des prix de pétrole et les politiques du travail en Arabie saoudite interdisant certains métiers aux étrangers devraient freiner la croissance de cette manne. Selon la même source, les transferts vers la région Afrique subsaharienne se sont accélérés en 2018 et devraient accroître de 9,8% en 2018 à 45 mds de dollars, avant de ralentir à 4,2% en 2019 selon les mêmes prévisions. La Banque estime que les envois vers les pays en développement, officiellement enregistrés, augmenteront de 10,8% pour atteindre 528 milliards de dollars en 2018.
Ce nouveau record intervient après une forte croissance de 7,8% en 2017. A l’échelle mondiale, les transferts de fonds, qui comprennent les flux à destination des pays à revenu élevé, devraient enregistrer une croissance de 10,3% à 689 mds de dollars contre 625 mds de dollars en 2017. La BM s’attend à une progression en 2019 à 715 mds de dollars. L’Inde demeure cette année, le premier bénéficiaire des transferts de fonds dans le monde avec 80 mds de dollars, suivi de la Chine comme deuxième plus important récipiendaire avec 67 mds de dollars, du Mexique et des Philippines (34 mds de dollars chacun) et de l’Egypte. par ailleurs, le rapport précise, que le coût moyen d’un transfert de 200 dollars demeure élevé à 6,9% au troisième trimestre 2018, soit plus du double de la cible de 3 % fixée dans les Objectifs de développement durable L’Afrique subsaharienne reste la région vers laquelle les transferts sont les plus onéreux, avec un coût moyen de 9%, relève le rapport. Le partenariat exclusif entre les systèmes postaux nationaux et les opérateurs de transfert d’argent demeure l’un des principaux obstacles à la baisse des coûts des envois, car il permet à l’opérateur de facturer des frais plus élevés aux clients dépendant des bureaux de poste.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub