espace pub
Infos en ligne:
  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

  • Guardiola défend la prestation de Mahrez ...

  • Le MCA remporte le derby, le MOB accroché ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6463 - Mardi 21 Mai 2019

Ghassan Salamé met en garde contre les fauteurs de troubles

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

L'émissaire de l'ONU pour la Libye, Ghassan Salamé, a mis en garde vendredi contre les fauteurs de troubles qui risquent de saborder le processus politique menée par l'ONU, appelant au soutien de la communauté internationale pour y faire face.

S'exprimant par visioconférence lors d'une réunion du Conseil de sécurité sur la Libye, Salamé a déclaré que ces détracteurs sont en mesure d'annuler les progrès accomplis dans le sens de la réconciliation nationale. L'émissaire onusien a indiqué qu'il était «essentiel pour la communauté internationale d'envoyer» des messages clairs «à ces fauteurs de troubles qui risquent de retarder la réconciliation en Libye de plusieurs années» encore. Dans le contexte politique actuel, les progrès réalisés pour mettre fin au statut quo sont «fragiles et réversibles», les saboteurs «trouveront les moyens de les contourner», a-t-il averti dans son intervention au Conseil de sécurité. Citant l'exemple des récents combats entre milices rivales à Tripoli, le chef de la mission d'appui des Nations-Unies en Libye (Manul), a soutenu que ces acteurs choisiront «la violence plutot que la politique». Salamé a ajouté que la Manul maintenait la tenue de la conférence nationale pour début 2019 en vue de mettre fin à la phase de transition politique en Libye.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub