espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6584 - Mercredi 16 Octobre 2019

Une baisse de près de 14% enregistrée en janvier 2019

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Une baisse remarquable a été enregistrée dans la facture globale des importations des produits alimentaires. Comparativement à l’année précédente, cette facture a atteint une baisse de 118 millions usd, soit -13,87%.

En effet, selon le centre national des transmissions et du système d’information des Douanes (Cntsid), la facture globale des importations des produits alimentaires a connu une baisse de près de 14% en janvier 2019, tirée essentiellement par le sucre, le lait, les légumes secs et les céréales. La facture globale d'importation du Groupe des produits alimentaires a atteint 733 millions de dollars (usd) en janvier 2019 contre 851 millions usd en janvier 2018, en baisse de 118 millions usd (-13,87%), précise le Centre national des transmissions et du système d'information des Douanes (Cntsid). Par catégories de produits, la facture d'importation des céréales-semoule-farine a reculé à 250,5 millions usd en janvier 2019 contre 265,6 millions usd en janvier 2018 (-5,7%). Le lait et les produits laitiers ont été importés pour 130,03 millions usd contre 154,76 millions usd (-16%). Concernant les sucres et sucreries, ils ont été importés pour 61,07 millions usd contre 114,67 millions usd (-46,74%).
Les légumes secs ont été importés pour 47,5 millions usd contre 56,66 millions usd (-16,2%). Par contre, les importations du café-thé ont augmenté à 33,74 millions usd contre 29,52 millions usd (+14,3%). Les importations des viandes ont également grimpé à 18,53 millions usd contre 6,7 millions usd (+178%). Ces six principaux produits alimentaires ont ainsi été importés pour un montant de 541,35 millions usd contre 627,88 millions usd (-13,8%). En plus de ces six principaux produits, le reste des biens alimentaires ont été importés pour 191,65 millions usd contre 223,12 millions (-14,1%). Concernant les huiles destinées à l'industrie alimentaire (classées dans le Groupe des biens destinés au fonctionnement de l'outil de production), leurs importations ont connu une hausse en s'établissant à 63 millions usd en janvier 2019 contre 43 millions usd au même mois de 2018 (+46,6%). Ainsi, la facture globale du Groupe des produits alimentaires et des huiles destinées à l'industrie alimentaire s'est chiffrée à 796 millions usd en janvier 2019 contre 894 millions usd en janvier 2018, en baisse de 98 millions usd (-11%).
Par contre, en ce qui concerne les médicaments (classés dans le Groupe des biens de consommation non alimentaires), une baisse notable a été enregistrée dans la facture d’importation en s’établissant à 59,93 millions usd en janvier 2019 contre 133,44 millions usd en janvier 2018, en baisse de 73,51 millions usd (-55,1%). Pour rappel, de nouveaux mécanismes d'encadrement des importations de marchandises, dont des produits alimentaires (hors produits alimentaires stratégiques), avaient été mis en place dès le début de l'année 2018 dans le but de réduire le déficit commercial et de promouvoir la production nationale.
Dans une première phase, il avait ainsi été décidé de la suspension provisoire d'importation de plus de 800 produits et l'instauration de mesures à caractère tarifaire prévues par les dispositions de la loi de finances pour 2018, à travers l'élargissement de la liste des marchandises soumises à la Taxe intérieure de consommation (TIC) au taux de 30% et le relèvement des droits de douane pour des produits alimentaires. Par la suite, cette suspension provisoire a été levée pour être remplacée par l'instauration du Droit additionnel provisoire de sauvegarde (DAPS), prévu par la Loi de finances complémentaire 2018, qui est fixé entre 30% et 200% de la valeur de la marchandise importée. Son décret exécutif, promulgué en janvier 2019, a fixé la liste des marchandises concernées (1 095 produits) qui peuvent être importées mais qui sont soumises au DAPS.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub