espace pub
Infos en ligne:
  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

  • Guardiola défend la prestation de Mahrez ...

  • Le MCA remporte le derby, le MOB accroché ...

  • Crash d'un avion d'instruction à Oran, décès du pilote ...

  • Le gouvernement entamera dès sa mise en place les préparatifs de la conférence nationale ...

  • L'ANP accomplit des "missions nobles" au service de son pays et de son peuple ...

  • La Bundesliga réalise 4,42 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2018 ...

  • Le ministère de l'Enseignement supérieur ne ménage aucun effort ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6436 - Jeudi 18 Avril 2019

Les Douanes avortent toute tentative d’hémorragie financière

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Il se confirme de plus en plus que le « hirak » ne se caractérise pas uniquement par les marches organisées chaque vendredi par des millions de marcheurs issus de différentes couches du peuple.

Il profite aussi aux criminels. Notamment les importateurs pour qui, circulation des biens et des personnes rime avec trafic illicite. Le constat est établi par de nombreux cadres des Douanes dont des inspecteurs de visite. Tous affirment être quotidiennement confrontés au trafic de drogue, psychotropes et tentatives d’importations frauduleuses ponctuées par des saisies d’importantes quantités de drogue, et psychotropes. D’autres importateurs peu scrupuleux n’ont pas hésité à importer des produits bas de gamme. C’est, ce qu’ont découvert les douaniers du port de Annaba ces dernières quarante-huit heures, Comme s’il s’agissait pour lui de défier les lois de la République, un de ces importateurs a tenté d’introduire 93.000 lampes emballées dans huit conteneurs. Ces lampes de type « E » sont interdites d’importation parce qu’à forte consommation d’énergie. Mais plus grave est cette tentative d’importation de 12.000 tendeurs à gaz de très mauvaise qualité. Il s’agit beaucoup plus de bombes à retardement que cet individu, apparemment sans scrupule, a tenté d’introduire dans notre pays ? Quelques mois auparavant, alors que l’Algérie était soumise à une sérieuse instabilité politique, les douaniers du port de Bejaïa ont mis au jour dix-sept conteneurs chargés de déchets. D’une valeur globale de 300.000 USD, ils avaient été importés par un richissime promoteur immobilier. La toute récente affaire est survenue ces dernières quarante-huit heures. Elle porte sur l‘interpellation par la police du P-DG du port d’Oran. Il lui est reproché des actes répréhensibles en relation avec les travaux d’aménagements de l’enceinte portuaire. C’est dire qu’au niveau de la majorité de nos ports, les pratiques illégales de certains importateurs persistent. Elles sont difficiles à éliminer. Il n’en demeure pas moins que des efforts sont consentis pour atteindre ce résultat. Pour preuve, la multitude d’opérations de saisies. Les frontières maritimes algériennes ne profitent pas seulement à la circulation des biens et des personnes, mais aussi à la criminalité. Car, au travers des frontières, transite «le trafic international de stupéfiants, d’engins explosifs improvisés, des armes et des minutions, de faux médicaments… C’est le constat de tout un chacun des Algériens. Cette situation s’est aggravée avec les assauts répétés de la mondialisation de l’économie et de l’essor des grands ensembles avec comme corollaire la libre circulation des personnes et des biens. Les adeptes des pratiques illicites exploitent ces opportunités de développement à des fins criminelles. Ce dont est consciente la Douane algérienne qui a pris la mesure de l’ampleur et de la mission impartie à ses troupes, exhorte ces derniers à redoubler de vigilance. Particulièrement pour combattre les criminels qui utilisent nos frontières à des fins illicites. La Douane algérienne a mis en place les moyens nécessaires pour une réponse adaptée aux contraintes de l’heure. C’est que ce corps constitué, de la douane doit, non seulement, faciliter les échanges commerciaux licites et les flux réguliers de voyageurs, mais aussi, endiguer le fléau de la criminalité qui en découle. Pour ce faire, une démarche participative et une mutualisation des moyens d’intervention est nécessaire pour rendre plus efficientes les opérations de contrôles aux frontières. Au plan national certes, mais aussi à l’international pour combattre l’usage à des fins illicites de nos frontières. L’alerte générale lancée par la direction centrale des douanes transmise à l’échelle régional et de wilaya a fait bouger les choses. «… Ce qui a permis de faire jouer la coopération entre secteurs pour atteindre une réelle coordination des actions» a affirmé un des officiers de douanes du port de Annaba. Il a souligné la nécessaire harmonisation de certains contrôles et interventions à la frontière. En tout état de cause, cette coordination ne s’arrête pas aux frontières maritimes du pays. Elle est aussi présente au niveau des aéroports et frontières terrestres. Ce qu’a, du reste, démontré l’importante prise enregistrée au poste frontalier proche de la Tunisie Oum Teboul dans la wilaya de Tarf. Un prise importante avec l’arrestation du richissime homme d’affaires Ali Haddad. D’autres que dérange pour l’heure la marche populaire de chaque vendredi ont mis en attente leur volonté de quitter illicitement l’Algérie y compris ceux ayant la qualité de député qui n’ont pratiquement plus la capacité de procéder à des transferts illicites de fonds..

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub