espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6513 - Dimanche 21 Juillet 2019

De quoi sera faite la saison prochaine ?

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Question élémentaire, disent ceux à qui la question a été posée. Mais l’est-elle réellement ? L’autre catégorie qui en connaît un bout se déclare être pessimiste.

La saison 2019/2020 mériterait de prendre un autre virage, celui d’une vérité qui la ferait avancer dans une transparence totale. Les effets de celle qui vient de s’écouler, s’ils venaient à être «réélus» ne la feraient qu’emmener vers son asphyxie. La solution ressemblerait à un aimant qui doit attirer vers elles, les hommes et les femmes qui décidaient à lui faire retrouver le cours de son histoire, dont sa gestion était une école, une référence, un exemple, et en s’y référant à celle-ci, cela ne pourrait que lui attribuer des ailes pour la faire atterrir dans un espace où l’intérêt personnel ne trouvera plus sa place. Mais cela est-possible ? Voilà une autre question qui risquerait de déranger et de faire du mal à ceux qui choisiraient de faire de la résistance à tous ces vents du renouveau qui souffleraient vers leur direction afin de les faire balayer. Parce que ces vents qui menaceraient de briser tous les plans qui ont dénaturé le sens du football national et qui donnaient un droit presque légitime pour en faire de ce football une source de profit. Si le football tient encore le coup, c’est tout simplement, grâce à des présidents qui militent encore pour la survie de ce football, par leur intelligence, leur professionnalisme et leur militantisme pour que ce sport ne soit pas dévoré par ceux-là mêmes qui le pousseraient vers le K.-O. La saison prochaine devra être conduite vers un profond changement, celui qui mettrait hors circuit ceux qui n’aiment pas ce sport, ceux qui ne connaissent rien de lui. La triste saison qui vient de s’écouler gardera un amer souvenir de son passage cette saison 2018-2019. Les dossiers ne sont étrangers pour personne, des dossiers qui ont fait la risée de ce football sans avoir écouté les professionnels, les anciens joueurs, ceux qui pouvaient injecter une force qui aurait pu réveiller les membranes de ce sport. Ceux qui ne savent pas gérer une structure sportive devront quitter la table et son territoire au plus vite et choisir un autre terrain, pour avoir ignoré l’intérêt du football notamment la formation, la construction de véritables projets sportifs, loin des négociations des matchs, la mascarade que causent certains arbitres, le mauvais respect des textes qui régissent le football tant dans le domaine disciplinaire, de la programmation, afin que la génération montante croit en leur formation, et donc en leur avenir. Parce que l’Algérie est un pays qui a toutes les raisons d’être un pays de références, un pays qui imposerait son titre parmi les grandes nations du football africain ou européen, les exemples ne manquent pas. Réveiller l’histoire de notre football, c’est trouver les éléments de réponses qui confirmeraient que l’Algérie est un pays de football. Un centime investi dans l’intérêt du foot, et un centime qui ferait fleurir les espoirs des générations qui arrivent. La saison doit être nouvelle par son contenu qui sera nouveau, par sa richesse d’idées, d’initiatives et de propositions, par sa mobilisation autour du respect des textes, de la mobilisation autour d’une écoute et donc d’une communication, une écoute autour du sens et du respect du marketing sportif, autour d’une écoute des professionnels ignorés jusque là, et qui brillent par leur absence dans la majorité des commissions de l’instance nationale du football, alors qu’ils sont les premiers à avoir tapé sur le cuir pour avoir foulé les terrains de football avant ceux qui le font qu’aujourd’hui. Oui, l’Algérie est un véritable grenier où tout un chacun pourra y jeter un œil pour découvrir comment fonctionnait la mécanique de notre football. La saison prochaine doit être différente, différente pour s’afficher comme la grande école de ce sport, où n’exerceraient que ceux qui aiment le football pour ce qu’il est, et non pour autre objectif. Une saison qui se dresserait contre ceux qui chercheraient à s’y frotter pour ce qu’il offre comme intérêt et abandonner ce qui est attendu demain pour faire décoller ce sport sur des bases solides, mais aussi et surtout sur la base d’éléments transparents. Finir avec ce tâtonnement, ces dérèglements qui causent du mal à sa gestion, tant au niveau de certains clubs que des instances de ce football. La balle peut vite se retourner contre ceux qui cherchent à l’atomiser. Il est aussi vrai que le comportement de quelques dirigeants a, forcément, un rapport direct avec le niveau intellectuel, civique et social de cette catégorie de gestionnaires qui, en participant à déstabiliser ce football, pensent se venger du destin qui ne les a pas bien servis. Enfin, les leçons de cette saison ne manquent pas. Les honorables gestionnaires qui continuent à protéger ce sport, devront contribuer à alerter qui de droit à chaque faux pas des autres.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub