espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6614 - Jeudi 21 Novembre 2019

Le gouvernement à la rescousse des entreprises déficitaires

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

Le système financier algérien a été perverti par la cupidité du pouvoir qui l’a manié à sa guise depuis plusieurs années, sans rendre de compte. La mise en veille de la Cours des comptes à faciliter l’exploitation et l’étatisation du système bancaire au profit des donneurs d’ordres, sous la tutelle de l’ex premier ministre Ahmed Ouyahia, qui répond actuellement de ses actes devant la justice.

Le gouvernement actuel tente de rectifier le tir à travers des ajustements structurels visant particulièrement la sauvegarde du système économique et la souveraineté des entreprises économiques qui ont pâties de la situation. Le premier ministre, Noureddine Bedoui, cherche des solutions et des alternatives auprès des entreprises pour pallier à leurs difficultés, tant structurelles que financières. En l’absence de ressources financières avérées, le gouvernement pourrait se retrouver face au dilemme de recourir à l’aide du Fonds monétaire international (FMI). Ce qui n’est pas à exclure vu l’état de santé des finances du pays, sans verser dans la littérature économique. «Mieux vaut tard que jamais», le gouvernement tente de corriger le dysfonctionnement car la conjoncture actuelle impose une restructuration urgente de certains secteurs économiques, en souffrance. Le recours à la planche à billet pour financer l’économie nationale a affecté les équilibres fondamentaux, et il est impératif d’engager une réforme réelle et sérieuse du secteur économique, en berne.
La première étape à promouvoir est de réviser les réglementations juridiques de certaines instances et activités qui représentent des failles et encourent des risques d’effondrement ou de récession. Les déboires financiers du pays ont commencé avec la modification de la Loi sur la monnaie et le crédit qui a permis au Trésor public de puiser auprès de la Banque centrale pour faire face à ses déficits, renvoyant ainsi le système bancaire à celui d’avant son indépendance. Il a été étatisé pour répondre aux besoins du gouvernement qui cherchent après l’échec de sa stratégie de développement économique des alternatives financières, sans prendre en compte l’évaluation des risques. Négligent ainsi le rôle principal de la Banque d’Algérie qui s’est inclinée devant la volonté des dirigeants et a approuvé l’actionnement de la planche à billets avec tous les risques durables sur l’économie national, notamment, en l’absence de sources de financements propres, sacrifiant, une fois de plus, la valeur de la monnaie nationale privée de son droit à la convertibilité.
L’objectif de la mise en marche de la planche à billets était de venir en aide au Trésor public, déficitaire et qui a déjà épuisé les ressources du Fonds de régulation des recettes (FRR), créé uniquement pour les situations d’urgence. Il fallait également soutenir l’entreprise publique en difficulté financière, menacées de fermeture. L’action s’est traduite principalement par une injection massive et directe de tout l’argent imprimé pour le financement des investissements assignés aux entreprises publiques et des banques publiques menacées de banqueroute. Des institutions asservies en l’absence de cadre juridique solide et efficace pour agir en temps de crise. Pour remédier à la situation, le gouvernement conduit par Bedoui s’attribue le devoir de recadrer juridiquement toutes les activités économiques et les projets susceptibles d’endurer davantage les conséquences des anciennes décisions. Un recensement de ces organismes s’impose.
C’est ce qui a été convenu lors de la réunion du Conseil interministériel consacrée à la mise en place d'un organe gouvernemental chargé du suivi des activités économiques et de la préservation des outils de production et des postes d'emploi. Un exposé détaillé sur les entreprises souffrantes des mesures conservatoires a été présenté par le ministre des Finances, Mohamed Loukal, désigné pour le suivi et de la proposition de mesures pratiques pour la préservation de ces entreprises et de leurs postes d'emploi. Sachant que M. Louka était celui qui avait approuvé, à l’époque, l’actionnement de la planche à billets comme étant une solution à la crise, le gouvernement s’engage à reprendre le financement de l'ensemble des projets publics structurés en cours de réalisation, encore une décision arbitraire et conjoncturelle.
Pour ce faire, un recensement de la situations des entreprises de production devrait être réalisé sans trop tarder et examiné au cas par cas, en vue de proposer les mesures pratiques et juridiques y afférentes. Comment le gouvernement pourrait-il mobiliser les fonds nécessaires pour financer son action, sachant que le Trésor public est déficitaire et que le FRR est en épuisement, alors que les recettes pétrolières sont en régression ? Va-t-il recourir, une fois de plus, aux services du Fonds monétaire international (FMI), comme alternative ?

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub