espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6509 - Mardi 16 Juillet 2019

De nouveaux joyaux inscrits

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

De nouveaux sites ont rejoint depuis le 5 juillet la prestigieuse liste du patrimoine mondial, des ruines de l’antique cité de Babylone aux 11 000 tombes de Bahreïn, en passant par le palais azéri des Khan de Chaki. Tour d’horizon de ces nouvelles merveilles du monde.

Les ruines de l’antique cité de Babylone en Irak
Les jardins suspendus de Babylone faisaient partie des Sept Merveilles du monde antique. Les vestiges de la cité rejoignent aujourd’hui la liste du patrimoine mondial de l’Unesco. Elle connut son apogée sous le règne de Nabuchodonosor II, au VIe siècle av .J.-C, lors duquel elle était l’une des plus vastes du monde. Subsistent les ruines des tours d’enceinte extérieures et intérieures, les portes, les palais et les temples.
Les églises de Pskov en Russie
Du XIIe au XVIIe siècles, Pskov, au nord-ouest de la Russie, près de la mer Baltique, a largement influencé l’architecture religieuse russe. Plusieurs dizaines d’églises, monastères et cathédrales y ont été érigées au cours des siècles. Les édifices sont notamment reconnaissables aux clochers-arcades qui les surplombent et aux jardins qui les entourent. La ville fut aussi un centre majeur de peinture d’icônes sacrées.
Les chefs-d’œuvre de l’architecte Frank Lloyd Wright aux États-Unis
Construits lors de la première moitié du 20e siècle aux États-Unis, les bâtiments de Frank Lloyd Wright appartiennent à une «architecture organique», reconnaissable à un effet d’estompement des limites entre l’extérieur et l’intérieur. Le musée Guggenheim de New York, inauguré en 1959, reste l’œuvre la plus fameuse de l’architecte. Sept autres, dont la Maison sur la cascade en Pennsylvanie, complètent cette inscription.
La cité de Jaipur, joyau du XVIIIe siècle en Inde
Joyau de l’état du Rajasthan, la cité de Jaipur a été bâtie entre 1727 et 1731 par le maharaja Sawâî Jai Singh II. Le palais des vents ou le Jal Mahal, «palais sur l’eau» en français, qu’elle abrite sont autant de chefs-d’œuvre de l’architecture indienne. En 1876, pour la venue du prince Albert, l’époux de la reine Victoria, quasiment tous les édifices ont été repeints en rose, considéré dans la péninsule comme une couleur de bienvenue.
Les tombes quatre fois millénaires de l’archipel de Bahreïn
11.774 tombes recouvertes de talus tapissent le centre du sultanat du golfe persique. Cet ensemble funéraire, datant d’entre 2050 et 1750 av. J.-C., conserve les dépouilles de rois et d’inconnus de la civilisation mésopotamienne Dilmun. Les plus grandes nécropoles, celles des souverains, mesurent jusqu’à 15 mètres de haut et 45 mètres de large.
Azerbaïdjan: la belle Chaki, sur la route de la soie
Au pied des montagnes du Caucase, la ville azérie de Chaki et son architecture ont été influencées par les voisins russes et perses. Le khanat qui y régnait au XVIIIe siècle fut l’un des plus puissants États du Caucase, avant de devenir le vassal de la Russie. Subsistent de sa grandeur passée le palais des Khans, élevé en 1797, et les maisons des marchands de vers à soie.
Mafra, le Versailles portugais
Lord Byron le surnommait «l’orgueil du Portugal». Datant de 1711, cet édifice de Lisbonne, immense de couleurs jaune et blanc, comprend un palais, une basilique, un couvent et des jardins. La façade principale mesure 232 mètres de long. Un faste permis par les arrivées d’or depuis le Brésil. Fameuse à travers le monde entier, la bibliothèque renferme 36.000 ouvrages.
Budj Bim, le territoire des Aborigènes Gunditjmara en Australie
Au sud-ouest de l’Australie, le volcan Budj Bim et le lac Condah font partie du territoire des Aborigènes Gunditjmara depuis six millénaires. De vastes coulées de lave ont permis au peuple autochtone de fonder un réseau d’aquaculture composé de canaux et de digues. C’est grâce à celui-ci qu’il a développé la pêche de l’anguille, longtemps sa ressource principale.
Les mystérieuses jarres géantes de Xieng Khouang au Laos
Leur utilisation échappe encore aux spécialistes. Tout juste suppose-t-on qu’elles servaient aux pratiques funéraires de l’âge de fer, de 500 av. J.-C. à 500 ap. J.-C., au Laos. 2100 grandes jarres tapissent une vaste plaine à l’est du pays. Taillées dans la pierre, les plus grandes pèsent jusqu’à six tonnes. Les explorations archéologiques sont rendues difficiles par la présence de bombes américaines non-désamorcées de la guerre du Viêt Nam sur la zone.
Bagan, le Angkor de Birmanie
Le site comprend plus de 2500 monuments, temples, monastères et autres sanctuaires, pour la plupart en brique, érigés entre le XIe et le XIVe siècle. Le royaume Bagan a connu son âge d’or au XIe siècle. La candidature de Bagan avait été sélectionnée pour être au patrimoine mondial dès 1995, mais la junte militaire de l’époque s’était vu reprocher de ne pas tenir compte des conseils des spécialistes en restauration.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub