espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6559 - Mardi 17 Septembre 2019

Le problème de la disponibilité du pain durant la fête de l'Aïd persiste toujours

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

En dépit des assurances et des engagements pris par l'Union générale des commerçants et artisans algériens (Ugcaa) concernant la disponibilité du pain durant les journées de l'Aïd El-Adha, force est de constater qu'il n'en fut rien pour les Relizanais.

Le problème de la disponibilité du pain durant la fête de l'Aïd s'est donc posé comme chaque année avec acuité, pénalisant de surcroît des milliers de foyers. L'Ugcaa qui a promis lors d'une rencontre avec la presse, tenue dernièrement, la mobilisation de 90 boulangeries pour la circonstance, ne semble nullement avoir d'autorité sur les boulangers qui ont, pour la plupart, fermé boutique. Pour d'autres, ils ont privilégié la vente en gros, de leur pain, à des jeunes vendeurs sans scrupule qui en ont fait par la suite qu'à leur tête en matière de prix. A Relizane, les vendeurs de pain se trouvant aux abords du marché couvert des fruits et légumes ont écoulé le pain à 20 DA la baguette. A Oued R’Hiou, les quelques boulangeries restées ouvertes pour la circonstance ont été prises d'assaut par les habitants. Cette situation qui se répète à chaque fête de l'Aïd devrait susciter auprès des responsables chargés de la gestion du commerce plus d'entrain, en imposant aux boulangers des permanences obligatoires. Les boucheries prises d'assaut Les boucheries ont été prises d'assaut dans la wilaya de Relizane, dès l'après-midi du premier jour de l'Aïd. Le traitement d'un mouton est à 1.500 DA. Pour la majorité des bouchers, la fête de l'Aïd, c'est une aubaine pour renflouer les caisses. Cette pratique, auparavant, ne faisait pas partie des us et des coutumes. Par des contraintes comme l'exigüité du logement, le manque de matériel ou le manque d'expérience, les Relizanais préfèrent découper le mouton chez le boucher du coin. Mais tout compte fait, ces derniers perdent de plus en plus le fil des traditions ancestrales qui consistent à bien conserver et perpétuer les coutumes durant les fêtes comme celle de l'Aïd El-Adha, où le rituel regroupe la grande famille autour de la grande fiesta pour consommer le méchoui.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub