espace pub
Infos en ligne:
  • Le Mali bat la Mauritanie (4-1) ...

  • Coutinho conscient de ne pas avoir fait une bonne saison au Barça ...

  • Nomination de quatre nouveaux cardes à la Direction générale des Douanes ...

  • Zeghmati désigné Procureur général de la Cour d'Alger et Bendaas procureurde la République près le Tribunal de Sidi M'hamed ...

  • Driencourt réfute toute "volonté d'ingérence" de la France dans les affaires de l'Algérie ...

  • Benrahma meilleur passeur de la compétition ...

  • Sonatrach réalise quatre nouvelles découvertes en effort propre ...

  • Routes bloquées à Magra pour dénoncer des sanctions d'"extrêmesévérité" contre le NCM ...

  • Belaiz présente sa démission au chef de l'Etat ...

  • L'appel de Chelsea sur l'interdiction de recrutement ...

Quotidien d'information indépendant - n° 6606 - Mardi 12 Novembre 2019

Parution de deux collections de Nassima Ben Abdellah

Interligne+- AAgrandir le Text+- Imprimez cet Article

La nouvelliste Nassima Benabdellah a publié récemment deux collections en Arabe, intitulées respectivement «Ahya» (je vis) et «Fi El-djidi laheb» (au cou du feu), éditées par la maison d'éditions et de traduction «Khayal».

Déclinée en 80 pages, la première collection «Fi El-djidi laheb», composée d'environs soixante-dix nouvelles dont certaines ne dépassant pas deux lignes, traite de plusieurs questions humanitaires, dont la lutte pour la liberté, l'instrumentalisation de la religion, l'amour et la trahison. Certaines nouvelles sont plutôt proches de la poésie que de la narration dont «Ennisf Elthani» (la deuxième moitié) consacrée à la gloire de la résistance palestinienne, «Eltaki» (le pieux) et «Chaïr Moumen» (un poète croyant) qui dénoncent l'hypocrisie et les hypocrites. La deuxième œuvre «Ahya» comporte 12 récits succincts répartis sur une centaine de pages, traitant de divers sujets notamment l'amour, la douleur, les angoisses de la femme, la séparation et les aléas de la vie, et même des crimes de l'occupation française. A travers son œuvre «Awrak eChitaa» (les feuilles de l'hiver), la nouvelliste exprime le sentiment de déception qui a envahi les Algériens au lendemain de l'indépendance, après les énormes sacrifices consentis pour la liberté et l'affranchissement du joug du colonialisme. «Noktat Bahr» (Goutte de la mer) traite du phénomène de l'émigration clandestine des jeunes d'aujourd'hui, en raison du chômage, des difficultés quotidiennes et des pressions psychosociales. Ces deux collections sont la 3e et 4e collection de la nouvelliste Benabdellah.

espace pub

Vos Commentaires

espace pub

Vidéo LNR

Loading the player...

Le président du Conseil constitutionnel, Mourad Medelci, est décédé hier

Suivez LNR sur Facebook

Galerie

espace pub