La clé d’Izemis

Abd er-Rahmân III El-Naçir s’éteignit dans le calme, sans douleur, passant, ainsi que s’exprime la chronique arabe, «des jardins enchantés de Madinet ez-Zahra aux demeures éternelles, porté sur les ailes de la mort, le 20 octobre 961».