Pyong Yong : Les États-Unis souhaitent un dialogue avec la Corée du Nord

L’administration américaine recherche le dialogue avec Pyongyang par rapport aux tirs de missiles, mais est également déterminée à assurer des capacités militaires limitées dans la région. C’est ce qu’a déclaré vendredi, lors d’un point presse régulier en ligne, le coordinateur des communications stratégiques de la Maison-Blanche au Conseil de sécurité nationale, John Kirby.
«Il n’y a pas eu de contacts directs avec la Corée du Nord à ce sujet», a-t-il déclaré, faisant référence à d’éventuelles consultations entre les parties pour désamorcer la situation. Nous avons clairement indiqué que nous continuons à rechercher le dialogue avec la Corée du Nord, afin d’œuvrer à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Ils n’ont pas répondu à cette proposition. Mais ça tient toujours. M. Kirby a déclaré que la conclusion d’accords de dénucléarisation avec la Corée du Nord était le «but ultime».
«Alors que nous avons proposé et continuons à proposer un dialogue […] sans conditions préalables, nous travaillons dur pour nous assurer que des capacités défensives suffisantes sont en place avec le Japon et la Corée du Sud», a souligné le représentant de la Maison-Blanche. Il a rapporté : «Nous avons amélioré nos moyens de renseignement dans la région et nous continuerons à le faire».
«Bien que ce lancement soit préoccupant, nous avons estimé qu’il ne constitue pas une menace pour les États-Unis», a-t-il ajouté, faisant référence au lancement par Pyongyang, vendredi, d’un missile que le Japon a classé comme un missile intercontinental. Cependant, M. Kirby a précisé : «À chaque lancement, ils apprennent. Et c’est une préoccupation. Même si le lancement se solde par un échec ou un succès partiel, ils apprennent quand même, que leur programme évolue. Et cela, bien sûr, déstabilise non seulement la péninsule mais toute la région.
M. Kirby estime que le programme nucléaire de la Corée du Nord est «en plein essor» et que son programme de missiles balistiques «s’améliore rapidement».
Vendredi matin, la Corée du Nord a lancé un missile que le Japon a classé comme un missile intercontinental. Il a parcouru environ 1 000 km selon une trajectoire verticale, avec une altitude maximale de 6 000 km, et a atterri à environ 200 km à l’ouest de l’île japonaise de Hokkaido, dans la zone économique exclusive du Japon. Le ministère japonais de la Défense estime qu’un missile comme celui-ci pourrait parcourir plus de 15 000 km et atteindre le territoire continental des États-Unis s’il était lancé selon une trajectoire conventionnelle.
Le lancement a eu lieu un jour après une déclaration de la ministre nord-coréenne des Affaires étrangères, Choe Son-hui. Elle souligne que Pyongyang répondra de manière proportionnelle au renforcement de la dissuasion américaine dont les dirigeants de la Corée du Sud, des États-Unis et du Japon ont convenu lors du sommet tripartite au Cambodge.