Faid : «Révision du Code fiscal et des procédures douanières dès octobre»

La Mauritanie, porte d’entrée des produits algériens vers d’autres pays africains

Les ministres des Finances et du Commerce et de la Promotion des Exportations, MM. Laaziz Faid et Tayeb Zitouni ont entamé, la semaine passée, une tournée diplomatique qui les a menés dans deux pays de l’Afrique subsaharienne, la Mauritanie et le Sénégal. Ils ont procédé lors de cette visite à l’inauguration des deux premières banques algériennes dans la région et ont discuté avec leurs homologues sénégalais et mauritaniens des mécanismes et des moyens de renforcement de la coopération bilatérale dans les secteurs des finances et du commerce. M. Faid a même évoqué la révision de l’accord fiscal et des procédures douanières dans quelques semaines. Un régime plus simplifié et harmonisé pour faciliter les échanges commerciaux entre les deux pays, entre autres.
«La Mauritanie sera la première destination pour le lancement des projets économiques algériens vers les pays africains», a affirmé, pour sa part, M. Zitouni, lors de l’inauguration du Showroom des produits algériens à Nouakchott. L’Algérie veut faciliter le transit des produits algériens via la Mauritanie vers d’autres pays de l’Afrique de l’Ouest et du Sahel.
«Il sera procédé à partir du mois d’octobre prochain, à la révision de l’accord fiscal et des procédures douanières entre l’Algérie et la Mauritanie, dans le but d’accompagner les institutions et les opérateurs et de renforcer les échanges économiques entre les deux pays», a indiqué le ministre des Finances, mercredi dernier, lors d’une conférence de presse, au terme de sa visite à Nouakchott, précisant qu’«en vue de développer les relations économiques et commerciales entre l’Algérie et la Mauritanie, tous les moyens fiscaux et douaniers disponibles seront exploités». Dans cette perspective, a-t-il poursuivi, «le Directeur général des douanes mauritaniennes sera en Algérie à partir du mois d’octobre prochain, sur instruction du ministre mauritanien des Finances, et ce, en vue d’examiner toutes les facilités accordées aux institutions et aux opérateurs dans les domaines douanier et fiscal».
Dans le même cadre, le ministre algérien du Commerce et son homologue mauritanien ont convenu de «créer une commission mixte chargée d’examiner les facilitations douanières et fiscales et d’éliminer les obstacles commerciaux entre les deux pays, mais aussi la définition des produits pouvant faire l’objet d’échanges commerciaux». Pour faciliter la circulation des marchandises entre les deux pays, les deux ministres ont souligné l’importance de projet routier Tindouf (Algérie) – Zouerate (Mauritanie). «C’est le projet du siècle après la route transsaharienne», a indiqué M. Zitouni, affirmant que «cette route favorisera une vie économique et aura un impact non seulement sur les institutions et opérateurs économiques, mais aussi sur les populations de la région, compte tenu du rôle qu’elle aura dans le rapprochement des deux peuples».
«D’autres projets seront mis en œuvre ultérieurement, à l’instar d’une école d’études paramédicales et un centre de formation professionnelle dans le cadre du projet routier Tindouf-Zouerate, outre un vaste programme de formation des cadres mauritaniens au niveau des instituts relevant du secteur financier en Algérie», a soutenu M. Faid.
Samira Tk