Attention aux incendies et éborgnements des enfants

Pétards, bombes, feux d’artifices et fête du Mawlid Ennabaoui

Si la journée de demain, jeudi 28 septembre 2023, relative à la fête du Mawlid Ennabaoui Echarif, anniversaire de la naissance du Prophète Mohammed (Qsssl) , est chômée et payée pour l’ensemble des personnels de la Fonction publique et privé, et bien ce n’est pas le cas pour les services de sécurité, gendarmes et policiers, ou encore pour les secouristes de la Protection civile, où la mobilisation et la vigilance est à son extrême.

C’est la fête du Mawlid Ennabaoui Echarif, ce jeudi 28 septembre, une journée chômée et payée, une journée devenue une tradition pour les enfants et jeunes, car il s’agit des moments très particuliers, des moments de joie, de bonheur et de liberté durant lesquels des pétards, voire des bombes pyrotechniques, des feux d’artifices et divers d’autres formes de pétards, seront projetés partout et sur des personnes, ce qui provoque, forcément, des cas de brûlures et blessures graves, voire même l’éborgnement de ses utilisateurs.
L’usage de produits pyrotechniques fait, chaque année, de nombreux blessés graves, brûlures sérieuses et incendies des maisons, provoqués par des produits pyrotechniques qui sont lancés, souvent, par des enfants et jeunes, causant des victimes qui sont généralement âgés entre 5 et 25 ans. Les services des urgences, du centre hospitalo-universitaire et des brûlés des différents hôpitaux du pays, reçoivent, chaque année, des dizaines de victimes, dont l’âge varie entre 5 et 27 ans, dont certaines ont perdus l’usage de leur oeil causés par l’explosion des pétards. Et pour éviter d’éventuels drames durant cette fête religieuse, les services de sécurité ont été contraints de passer à l’action en menant, durant ces dernières semaines, des opérations visant les milieux de trafic et de vente des produits pyrotechniques.
Parlons des opérations anti-pyrotechnique, il y a trois jours, les services de Sûreté de la wilaya d’Alger (SWA) ont démantelé, dans une opération de haute qualité, un réseau criminel composé de quatre individus impliqués dans une grande affaire de contrebande de plus de 1,5 million d’unités de produits pyrotechniques de différents types. Une grande quantité de produits pyrotechniques estimée par la Police d’Alger à près de 40 milliards de centimes, une marchandise destinée à être commercialisée à l’occasion du Mawlid Ennabaoui, notamment dans les quartiers populaires algérois, selon la Sûreté d’Alger. Cette quantité considérable de jeux pyrotechniques et de pétards a été saisie dans deux entrepôts : le premier à Heraoua (Daïra de Rouiba) et le second entrepôts se trouvait dans la commune d’Ouled Fayet (Daïra de Cheraga), avait précisé la Direction générale de la Sûreté de wilaya d’Alger (SWA) à travers un communiqué rendu public. Cette opération, menée par la circonscription-centre de la police judiciaire de la sécurité d’Alger sous la supervision du Procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed, a également permis de «saisir et de récupérer 273.290 unités de fumigènes et 1.233.000 unités de pétards de différents types». Les suspects ont été présentés, jeudi passé, devant le Procureur de la République près le tribunal de Sidi M’hamed pour «formation d’une bande criminelle organisée en vue de préparer des crimes de contrebande internationale de pétards et de marchandises prohibées dangereuses attentant à l’économie nationale et à la santé publique, utilisation de dépôts et de moyens de transport pour la circulation, le transport et la vente de marchandises prohibées, création d’un atelier clandestin pour la fabrication de pétards sans licence, avec récidive», avait indiqué la Sûreté d’Alger.

La sensibilisation
s’élargie dans la société
A vingt-quatre heures seulement de la célébration du Mawlid Ennabaoui, les campagnes de sensibilisation sur les dangers d’utilisation des pyrotechnique, notamment par les jeunes enfants, battent leurs pleins à travers le territoire national. L’objectif de ces campagnes est d’arriver à convaincre le plus grand nombre possible de citoyens, surtout les jeunes, sur les risques que peuvent provoquer les pyrotechniques sur la santé de ses utilisateurs. En outre, de rappeler les citoyens sur des tristes événements et incidents qu’avaient provoqués déjà les pyrotechniques sur les jeunes, dont des dizaines ont perdus l’oeil devenant ainsi des éborgnés des pyrotechniques. Parlons de sensibilisation, une campagne sur les dangers de l’utilisation des produits pyrotechniques et les bougies, à l’occasion de la célébration de la fête du Mawlid Ennabaoui, a été lancée le 22 septembre passé à l’initiative de la Direction générale Protection civile (DGPC). Cet événement avait drainé une foule nombreuse de la population locale, notamment des parents qui étaient accompagnés par leurs enfants, où des activités diverses mettant en prise la sensibilisation sur les pyrotechniques et les risques qu’elles représentent sur la santé, voire même la vie des personnes, leurs ont été présentés et décryptées même par des représentants de la Protection civile. Cette grande campagne de sensibilisation initiée par la DGPC avait ciblé la population scolaire, les mosquées, les places publiques et au niveau des lieux de vente de ces produits, en privilégiant en particulier les réseaux sociaux comme support, ainsi que les différents médias, étant donné le nombre impressionnant des visiteurs. La Protection civile a rappelée, lors de cet événement, «la responsabilité des parents, qui doivent expliquer à leurs enfants les dangers de ces produits prohibés comme le risque d’explosion dans la main, brûlure des yeux, perte de l’audition, blessures graves, amputation, et les risques d’incendie», avait rapporté un communiqué de la DGPC. La Protection civile a déconseillé, en outre, de projeter les produits pyrotechniques sur les personnes, les voitures, les stations d’essence, les habitations et les établissements hospitaliers, tout en mettant en avant les consignes de sécurité lors de la manipulation des bougies et cierges. En cas d’accident ou d’incendie, la Protection civile a invité les citoyens à appeler le numéro de secours (14) ou le numéro vert (1021), en précisant la nature du risque et l’adresse exacte.

Le ministre de la Santé
monte à la garde
A 48 heures seulement de la célébration de la fête Mawlid Ennabaoui, le ministre de la Santé, Abdelhak Saihi et à travers un communiqué «a mis en garde contre l’usage des produits pyrotechniques, appuyant ses dires que «ces produits représentent un réel danger et peuvent provoquer de graves accidents qui menacent l’intégrité physique des personnes», a-t-il dit à travers un communiqué. «Chaque année, durant la fête du Mawlid Ennabaoui, des accidents surviennent mettant en danger la vie des individus et où la fête tourne au drame pour certains», a rapporté le ministère dans un communiqué. Il rappelle que «les produits pyrotechniques, tels que pétards, feux d’artifices, fusées représentent un danger réel et peuvent provoquer de graves accidents qui menacent votre intégrité physique, celle de votre famille, de vos amis et de vos voisins». Le ministère de la Santé affirme, à ce titre, que «les produits pyrotechniques sont responsables de risques d’incendies (fusées, bougies), et de pollution sonore causée par la déflagration des pétards et l’impact de leurs bruits forts et répétés sur le bien-être physique et psychique des voisins, particulièrement les personnes âgées, les malades, les femmes enceintes et les enfants». «La puissance de certaines déflagrations endommage les oreilles en entraînant la détérioration de l’ouïe, alors que le bruit gêne aussi et peut faire souffrir», explique le ministre, insistant sur les «blessures que risquent les personnes qui les manipulent (auto traumatisme)» et les «dégâts qui peuvent être occasionnés aux tiers». «L’explosion d’un pétard dans la main peut entraîner la perte de quelques doigts et sa projection dans l’œil peut entraîner la cécité», ajoute le ministère, relevant qu’avec ce geste «on compromet ainsi son avenir, de ne plus pouvoir exercer certains métiers et de ne plus pouvoir mener une vie normale». Aussi, «les enfants et les adolescents sont les plus touchés par ce type d’accidents et les plus vulnérables, étant donné qu’ils ne mesurent pas l’ampleur du danger qui les guette», déplore le ministère, exhortant «les aînés à faire attention aux plus jeunes», fin de citation.
Sofiane Abi