Plus de 3,64 millions d’Algériens libérés de l’analphabétisme depuis 2008

Naâma

La stratégie nationale de lutte contre l’analphabétisme a permis à 3.640.225 citoyens algériens de se libérer de ce fléau depuis 2008, dont 88,97% sont des femmes, a souligné, dimanche à Nâama, le Directeur de l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement des adultes (ONAEA), Kamel Kherbouche.Intervenant lors de la cérémonie du lancement officiel de l’année scolaire des classes d’alphabétisation abritée par le lycée «Abdelhamid Ibn Badis» de Aïn Sefra, M. Kherbouche a souligné que la stratégie nationale de lutte contre l’analphabétisme a permis, de 2008 à 2022, de faire baisser le taux d’analphabètes à 7,4%, actuellement, contre 13,91% en 2014 et 22,30% en 2008.
Le même responsable a indiqué que plusieurs résultats positifs ont été concrétisés à la faveur de cette stratégie, qui a fondé le système d’enseignement des adultes, à travers un concept d’éducation et d’enseignement pour tous, ciblant principalement la femme et la fille, les populations des zones éloignées, ainsi qu’un intérêt pour les nomades et les personnes aux besoins spécifiques, les détenus des établissements pénitentiaires et la tranche d’âge entre 15 et 49 ans.
Parmi les résultats obtenus, l’ouverture dans les wilayas de Djelfa et
Adrar de 7 centres d’alphabétisation et de préapprentissage de la femme, alliant entre l’alphabétisation et la qualification professionnelle, avec l’accueil des enfants de femmes apprenantes dans des espaces pour enfants, dans le cadre du projet en partenariat avec l’UNICEF. Il a ajouté que l’Algérie a obtenu, par le biais de l’ONAEA, le prix de l’UNESCO international d’alphabétisation, en 2019, pour ses efforts et ses résultats qualitatifs et quantitatifs dans ce domaine. L’Office a fourni, dernièrement, des supports numériques, des livres scolaires et des méthodologies d’enseignement, sous forme d’applications informatiques adaptées aux technologies de l’’information et de la communication (TIC), afin de vulgariser leur utilisation didactique aux analphabètes et personnes âgées. Dans ce même contexte, l’Algérie a adhéré aux objectifs du développement durable à l’horizon 2030 de l’Union arabe d’alphabétisation et la stratégie continentale d’éducation en Afrique (2016-2025), visant le partenariat entre pays pour limiter la propagation de ce fléau. Le nombre d’apprenants inscrits pour l’année scolaire 2023-2024 au niveau national, a atteint 300.969 inscrits, répartis sur 9.170 classes (établissements scolaires, mosquées, centres associatifs, maisons de jeunes et autres sièges sociaux), dont 91,42% sont des femmes, ainsi que 6.391 inscrits dans les établissements de rééducation et 175 dans des centres de formation du service national. Selon les dernières estimations de l’ONAEA, 896 apprenants suivent des cours en langue amazighe dans 14 wilayas.
Dans le cadre de l’intégration des libérés de l’illettrisme à travers les différentes wilayas du pays, l’Office enregistre actuellement environ 748 personnes poursuivant leur parcours scolaire à travers l’enseignement à distance, tandis que les centres de formation professionnelle accueillent 218 personnes libérées de l’illettrisme. A Naâma, l’antenne de l’Office national d’alphabétisation et d’enseignement des adultes enregistre une baisse du phénomène, se situant actuellement à 13,4%, contre 28,03% en 2008. Ceci est dû aux efforts de divers organismes, des partenaires, des associations et des bénévoles pour assurer l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et du calcul de cette catégorie et leur accompagnement dans la poursuite de leur parcours académique.
L’exposition, organisée au lycée «Abdelhamid Ben Badis» d’Aïn Sefra, à l’occasion de l’annonce du lancement officiel de la saison scolaire des classes d’alphabétisation dans la wilaya de Nâama, a présenté des modèles d’apprenantes ayant reçu une formation et une qualification après la fin de la saison scolaire de l’éducation de base, les accompagnant à entrer dans le domaine de l’investissement et créant une source de revenus dans plusieurs domaines, comme le recyclage des déchets, le tricotage, la couture, les fromages traditionnels, l’apiculture, l’élevage de bovins, entre autres.
APS