«Le projet permettra de booster la croissance économique»

M. Arkab, sur l’exploitation du gisement de zinc-plomb de Tala Hamza-Amizour :

L’exploitation minière du gisement de zinc-plomb de Tala Hamza-Oued Amizour (Béjaïa) qui représentait l’une des plus grandes réserves mondiales de ces métaux stratégiques, permettra de booster la croissance économique et l’activité d’investissement. C’est ce qu’a affirmé avant-hier le ministre de l’Energie et des Mines, Mohamed Arkab, lors des travaux d’une conférence nationale sous le thème :
«Raréfaction des ressources minières et positionnement de l’Algérie : rôle du gisement de zinc-plomb de Tala Hamza-Oued Amizour», au campus Aboudaou de l’Université Abderrahmane-Mira de Béjaïa. S’exprimant à l’occasion, en présence de plusieurs ministres et experts, M. Arkab a précisé que l’Etat «accorde un grand intérêt à ce projet», en donnant pour preuve les réformes et les mécanismes mis en place pour encourager la recherche, la prospection, l’exploitation et la promotion des entreprises versées dans l’industrie minière et développer le secteur des industries extractives.
Le ministre a souligné, dans ce cadre, que la demande mondiale accrue sur les métaux et les produits associés dans de nombreux secteurs industriels avait entraîné leur amenuisement, voire la raréfaction de certains d’entre eux, faisant de l’accès à ces métaux «un enjeu direct sur les marchés internationaux», d’où la nécessité, a-t-il dit, de «mettre en place des solutions proactives dans le domaine de la recherche, de la prospection et de l’exploitation pour assurer leur disponibilité et répondre à la demande locale tout en renforçant leurs parts sur les marchés mondiaux».
Pour ce qui est des effets de ce projet sur l’environnement, la ministre de l’Environnement et des Énergies renouvelables, Fazia Dahleb, a rassuré de son côté les habitants en affirmant que «toutes les mesures ont été prises pour protéger l’environnement des éventuels impacts du projet».
L’étude du dossier de ce projet a fait l’objet, a-t-elle poursuivi, d’un suivi permanent par les hautes autorités du pays, à travers des rapports hebdomadaires détaillés envoyés aux services du Premier ministre, pour le tenir informé de l’état d’avancement de l’étude du dossier par le ministère de l’Environnement.
Dans ce sillage, la ministre a fait état de l’élaboration d’un plan de suivi et de gestion de l’aspect environnemental du projet, contenant toutes les mesures à même de réduire l’éventuel impact de l’exploitation de ce gisement, grâce à l’utilisation de technologies de pointe permettant de réduire les émanations polluantes.
Pour sa part, le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, a souligné que le secteur de l’industrie doit maîtriser les ressources minières avec des moyens technologiques modernes afin de préserver les normes de qualité et environnementales, estimant que cette conférence était l’occasion de tirer parti des recherches universitaires sur les projets miniers et leur rôle dans le développement économique.
Manel Z.