Ahmed Attaf et Nabil Ammar examinent la situation à Gaza

RÉUNION Algérie-Tunisie

Arrivé avant-hier à Alger pour participer aux travaux de la 20e session de la Réunion ministérielle des pays africains-pays nordiques qui ont débuté hier dans la capitale algérienne, le ministre tunisien des Affaires étrangères, Nabil Ammar, s’est réunit vingt-quatre heures avant au siège d’El Annaser avec son homologue algérien, le ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, où les deux hommes ont passé en revue les développements de la situation dans les territoires palestiniens occupés, a indiqué un communiqué du ministère des Affaires étrangères. La rencontre a constitué «une opportunité pour passer en revue les développements de la situation dans les territoires palestiniens occupés sur fond de la poursuite des agressions sionistes contre la bande de Gaza assiégée», a précisé le même communiqué. Les deux ministres, poursuit la même source, ont échangé «les vues sur les réactions internationales et régionales et les efforts diplomatiques déployés pour mettre un terme à cette agression barbare et revitaliser le processus de paix au Proche-Orient», lit-on dans le bulletin d’information du ministère des AE. Par ailleurs, le ministre tunisien des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger, Nabil Ammar, et avant son voyage vers Alger, a souligné avant-hier à Tunis, que «le devoir qui incombe à toutes les forces internationales actives, particulièrement l’Union européenne, est d’assumer leurs responsabilités politiques et morales pour imposer un arrêt immédiat des attaques contre la Bande de Ghaza», a rapporté l’agence de presse tunisienne TAP. Lors d’un entretien téléphonique avec son homologue luxembourgeois Jean Asselborn, le ministre tunisien a évoqué, avant-hier, l’impératif de «faire cesser la politique orchestrée d’assassinat des innocents parmi les enfants et les nourrissons», dénonçant «tout déplacement forcé du peuple palestinien», rapporte TAP.
Nabil Ammar est revenu, au cours de son entretien avec Asselborn, sur «la nécessité d’assurer l’acheminement des aides urgentes», a relevé la TAP. La Tunisie connaît ces jours-ci une vague de solidarité avec le peuple palestinien à travers des manifestations pro-palestiniennes dans tout le pays. Hier et pour la onzième journée consécutive, les forces de l’occupation sioniste continuent de bombarder les civils à Ghaza, faisant des milliers de morts et de blessés, en plus de la destruction des tours et des bâtiments résidentiels, des propriétés publiques et privées et des infrastructures, provoquant des déplacements massifs de la population palestinienne, en plus de la suspension des approvisionnements en eau, en électricité et en nourriture à la Bande de Ghaza.
S. Abi