Brahim Boughali appelle l’UPCI à privilégier une position forte

Devant les agressions barbares sionistes contre les Palestiniens

Malgré que les mots n’ont plus de poids face aux agressions barbares et crimes de guerre de l’entité sioniste, dépassants toutes les règles internationales et toutes les imaginations humaines et religieuses, contre le peuple sans défense de Ghaza, toutefois, les positions font la différence et apportent leurs poids dans l’équation mondiale.
Conscient, Brahim Boughali, actuel président de l’APN et également chef en exercice de l’UPCI a appelé, avant-hier, les Parlements islamiques à unir leurs voix en une seule position claire et forte contre l’entité sioniste.
En tant que chef en exercice de l’Union des Parlements des Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (UPCI), Brahim Boughali, président actuel de l’Assemblée populaire nationale (APN), a proposé et appelé à la fois, avant-hier et par la voie de la vidéoconférence, lors d’une réunion en urgence qu’il a présidé, les pays membres de l’UPCI a faire intégrer le point sur la situation en Palestine à la place du point proposé lors de la dernière réunion portant sur la criminalisation de la diffamation des religions et des sacralités. Cet appel algérien, jugé impératif, adressé par Brahim Boughali aux Parlements des Etats membres de l’Organisation de coopération islamique, à l’occasion des travaux de la 147e Assemblée générale de l’UPCI, est venu en raison de «la gravité de la situation en Palestine», fait part le dirigeant de l’UPCI et président de l’APN. Lors de son allocution prononcée via la technique de la vidéoconférence, l’actuel président de l’APN n’est pas allé par quatre chemins, en déclarant la nécessité absolue d’avoir une position claire et forte de l’UPCI devant les atrocités et les crimes de guerre de l’entité sioniste colonisatrice contre le peuple sans défense de Ghaza.
«Ils nous faut parvenir à une position qui envoie des messages clairs à l’entité sioniste et à la communauté internationale, d’autant que les pays musulmans soutiennent pleinement les droits légitimes des Palestiniens. Il faut que la question palestinienne demeurera toujours la cause centrale de la Nation musulmane toute entière», a souligné Brahim Boughali lors de la réunion en urgence de l’UPCI.
Durant son allocution, le président en exercice de l’UPCI a exhorté le Conseil de sécurité et la communauté internationale à assumer leurs responsabilités juridique et morale envers le peuple palestinien, expliquant que la situation envenimée au Moyen-Orient était due au black-out vis-à-vis des crimes commis par l’occupant sioniste et la logique d’impunité et d’irresponsabilité adoptée à son égard, ou encore à la politique de deux poids, deux mesures.
Brahim Boughali a, également, proposé d’inclure plusieurs points dans le communiqué final de la réunion, entre autres l’appel aux unions et Parlements régionaux et internationaux de condamner les violations de l’occupant et de sa guerre violente, de soutenir les droits du peuple palestinien et de poursuivre les auteurs de massacres contre les civils palestiniens devant la Cour pénale internationale (CPI). D’autre part, les Etats membres de l’UPCI ont tous condamné, à leurs tours, les agressions barbares de l’entité sioniste à l’encontre des Palestiniens, appelant unanimement à l’impératif de faire cesser immédiatement l’agression sioniste, de mettre un terme au blocus imposé à la bande de Ghaza, d’insister sur la centralité de la cause palestinienne et d’afficher le soutien «inconditionnel» de l’UPCI au peuple palestinien.
Sofiane Abi