La ville du Sud commémore dignement les massacres du 17 octobre 1961

Ouargla

Diverses activités commémoratives et lancement des projets de développement, organisées à travers différentes wilayas du Sud du pays, ont marqué avant-hier la célébration de la Journée nationale de l’émigration commémorant le 62e anniversaire des massacres du 17 octobre 1961.Placé sous le signe «consécration de la mémoire et raffermissement de, l’appartenance», cet avènement a donné lieu à l’organisation des cérémonies de recueillement des autorités locales, civiles et militaires, des membres de la famille révolutionnaire et des représentants de la société civile, aux carrés des martyrs et stèles commémoratives, pour observer une minute de silence, la levée des couleurs nationales, le dépôt de gerbes de fleurs et la lecture de la Fatiha du Saint Coran, à la mémoire des glorieux chouhada, émigrés victimes des massacres du 17 octobre 1961 à Paris (France) où s’étaient sortis pour revendiquer l’indépendance et la liberté de l’Algérie du joug colonial. A Ouargla, l’occasion a été marquée par le lancement d’un projet d’aménagement et de viabilisation des quartiers et lotissements sur le territoire de la commune de Rouissat, en plus du projet de réalisation d’un collecteur principal reliant la station de refoulement des eaux usées (SR-2) à l’hôpital militaire. Dans la wilaya d’Adar, l’on relève en cette journée la mise en service du réseau d’alimentation en gaz naturel des Ksour de Ghouzi, Tazaya, Tâataret, commune de Timi, et l’animation, par un aréopage d’universitaires et de chercheurs, d’une conférence historique au niveau de la bibliothèque publique de la lecture inhérente aux contributions des émigrés algériens durant la Guerre de libération nationale. Outre le lancement d’un projet d’aménagement et de viabilisation de «la cité 50 logements» de la ville d’El-Méniaâ, la salle de réunions de la wilaya a servi de cadre à une conférence sur les massacres perpétrées à l’encontre des paisibles émigrés algériens établis en France, en plus de la remise, par la Direction locale de la solidarité et de l’action sociale, d’un lot de fauteuils roulants à la Direction de la Santé, des diplômes aux premiers candidats à l’autorisation d’exploitation de taxis. Le programme commémoratif arrêté par la wilaya de Touggourt, où les festivités officielles ont été abritées par la commune de Nezla, prévoit une exposition des photos historiques, l’organisation de concours culturels, et l’animation des représentations théâtrales et des conférences sur cette halte historique, en sus d’une réception en l’honneur des moudjahidine de la région. Les festivités commémoratives dans la wilaya de Djanet, extrême Sud-est du pays, ont été marquées, outre les cérémonies de recueillement, par l’animation, au CEM «Ahmed Sebgueg», d’une conférence sur les massacres du 17 octobre 1961 commis par la France coloniale contre les émigrés algériens, en plus de l’organisation des cérémonies de remise de trophées et diplômes aux vainqueurs des différents concours culturels et compétitions sportives.
A l’extrême Sud du pays, Tamanrasset, l’occasion a donné lieu, outre la levée des couleurs nationales à la place «1er Novembre», à la pose de la première pierre de reconstruction de la mosquée «Errahma» du quartier Guatâa-l’Oued. Au cours de cette rencontre, un documentaire traçant la manifestation du 17 octobre 1961 à Paris et les sacrifices des Algériens établis à l’étranger durant la Glorieuse Révolution du 1er Novembre 1954, a été projeté à cette occasion. Des manifestations commémoratives similaires ont également eu lieu au niveau des autres régions du Sud en commémoration à cette halte historique.