Les félicitations du ministre

Couverture des marches par les médias

? Les médias algériens ont assuré jeudi la couverture des marches populaires organisées jeudi à travers l’ensemble du territoire national, en soutien à la cause palestinienne, avec un professionnalisme à la hauteur de l’ampleur de cet événement. Les télévisions ont assuré une retransmission en direct en plus des interventions sur leurs plateaux d’experts qui ont fourni les éclairages sur cette phase déterminante de la lutte du peuple palestinien. Le ministre de la Communication, Mohamed Laagab, s’en est félicité qualifiant cette couverture d’«exhaustive et professionnelle». Dans une déclaration à la presse en marge d’une plénière consacrée aux débats de la Déclaration de politique générale du Gouvernement au Conseil de la nation, le ministre a, par là même, adressé des remerciements à l’ensemble des journalistes algériens pour leur «traitement positif» des derniers développements en Palestine occupée, notamment dans la bande de Ghaza.

En dépit de la destruction qu’a subie la bande de Ghaza, du fait de l’agression sioniste et des «frappes anarchiques sur les immeubles, les mosquées et les écoles, ayant fait des centaines de martyrs dont majoritairement des enfants, des femmes et des personnes âgées, les médias occidentaux ont feint de ne rien voir de tout cela et préféré avancer des informations mensongères», a estimé le ministre. Mohamed Laagab a fustigé la politique de «deux poids, deux mesures» vis-à-vis des événements en cours, affirmant que «les mêmes médias et pays occidentaux, ainsi que les organisations internationales qui ne cessaient de parler de démocratie et de la liberté d’expression et droits de l’homme, ont laissé tomber leurs masques face aux événements en cours à Ghaza». «Toutes les organisations qui se prétendaient «sans frontières» se sont vraisemblablement fixées des limites, feignant de ne pas voir les victimes, enfants, femmes et personnes âgées, ni l’usage du phosphore blanc »de soutien à la cause palestinienne et de condamnation des crimes, a-t-il expliqué, appelant ces dernières à cesser de s’ériger en donneurs de leçons sur les droits de l’homme, la liberté d’expression et la démocratie.
A cette occasion, Mohamed Laagab a appelé les ministres arabes de l’Information à «faire le point sur le traitement par les médias arabes et occidentaux des événements en cours dans la bande de Ghaza et dans l’ensemble des territoires palestiniens occupés, afin d’en tirer les enseignements». Il a, en outre, souligné qu’il pourrait, en cas de nécessité, «appeler à une réunion extraordinaire des ministres arabes de l’Information pour examiner les moyens qui nous permettront, en tant qu’Arabes, de traiter cette affaire, de riposter à ce parti pris et à inscrire, à nouveau, la cause palestinienne en tête de nos préoccupations médiatiques».
L. A.