L’aviation sioniste poursuit ses bombardements à Ghaza

Contre la population civile

Dans une hystérie sans précédent, l’aviation de guerre de l’entité sioniste poursuivait hier ses bombardements contre la population palestinienne de Ghaza en ciblant les habitations, les hôpitaux, les écoles, les églises et les mosquées. Le correspondant de la Radio algérienne à Ghaza, Khoder El Zaanoun, a confirmé que les forces de l’occupation sioniste poursuivent leurs actes génocidaires, commettant de nouvelles atrocités au cours des dernières 24 heures, notamment dans les environs de l’hôpital El Qods, où 5 bâtiments abritant des familles palestiniennes ont été bombardés. Selon El Zaanoun, les forces de l’occupation sionistes ont menacé de bombarder l’hôpital El Qods. Cependant, l’administration de l’hôpital a refusé de céder à ces menaces et a préféré prendre en charge les blessés dont le nombre a dépassé les 450. De son côté, le bureau des médias du Hamas, cité par le site d’information Russia Today, a indiqué ce 23 octobre au matin que «plus de 60 martyrs sont tombés dans les raids», dans la nuit.
Selon la même source, l’une des frappes a fait 17 morts dans une maison à Jabaliya, dans le Nord du territoire, alors que 25 autres personnes ont été tuées dans des raids dans le secteur central de la bande de Ghaza. Par ailleurs, selon le ministère palestinien de la Santé, «dix corps au moins ont été extraits des décombres» après un raid qui a détruit, ce 23 octobre au matin, une maison à Deir el-Balah (centre). L’agence de presse palestinienne Wafa, citant des sources médicales, a rapporté que pas moins de 5.182 Palestiniens sont tombés en martyrs depuis le début de l’agression sioniste contre Ghaza et la Cisjordanie le 7 octobre. Selon les mêmes sources, 5.087 Palestiniens sont tombés en martyrs dans la bande de Ghaza depuis le début de l’agression le 7 octobre, dont 2.055 enfants, 1.119 femmes, 217 personnes âgées et 15.273 autres ont été blessés.
En Cisjordanie occupée, le bilan s’élève à 95 martyrs et environ 1.400 blessés, indique-t-on. Les forces d’occupation sioniste ont commis 23 massacres au cours des dernières 24 heures, faisant 436 martyrs dont 182 enfants, la majorité dans la bande de Ghaza. Dans ce bilan, au total, 57 professionnels de la santé sont tombés en martyrs et 100 autres blessés à Ghaza depuis l’agression sioniste contre l’enclave palestinienne, le 7 octobre, indiquent hier lundi les autorités sanitaires, selon le porte-parole du ministère palestinien de la Santé, Ashraf Al-Qudra, qui intervenait lors d’une conférence de presse tenue à l’hôpital Al-Shifa dans la ville de Ghaza. Autre bilan : le Club des prisonniers palestiniens a annoncé hier lundi que l’entité sioniste avait arrêté entre dimanche soir et lundi à l’aube, dans des villes et villages de la Cisjordanie occupée, y compris El Qods-Est, plus de 85 Palestiniens en Cisjordanie, portant le nombre de détenus à 1.215 depuis le 7 octobre. Le club a affirmé que l’entité sioniste a arrêté plus de 1.215 Palestiniens depuis le 7 octobre en Cisjordanie, portant le nombre total de détenus palestiniens dans les prisons sionistes à 6.500. L’hystérie qui caractérise l’armée de l’entité sioniste s’explique par le fait qu’après le lancement, le 7 octobre 2023, de l’opération «Déluge d’Al Aqsa» par le mouvement de résistance Hamas, les Israéliens ont perdu totalement confiance en leur armée, leurs services de renseignement et leur gouvernement, incapables, selon eux, d’assurer la sécurité des colonies implantées en territoires palestiniens occupés. La mobilisation du camp occidental, à leur tête les Etats-Unis suivis par l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, l’Italie, le Canada, pour venir au secours de l’entité sioniste et l’encourager dans son entreprise criminelle, a accru chez les habitants des colonies le sentiment de panique. Ainsi, des centaines de milliers de réfugiés israéliens ont dû quitter leur domicile proche de la bande de Ghaza ou de la frontière libanaise et vivent maintenant sous des tentes dans des lieux prétendus plus sûrs. On sait qu’un nombre indéterminé d’Israéliens ont fait jouer leur deuxième nationalité pour fuir l’entité sioniste et regagner leurs pays d’origine.
Lakhdar A.

Voir sur Internet
www.lnr.dz.com­