2.400 enfants palestiniens massacrés en 18 jours par Israël

Dévoilant au monde la grande dimension de l’horreur, l’atrocité, la honte et le crime de guerre de l’entité sioniste, Israël, commis sur le peuple palestinien sans défense de Ghaza, un rapport accablant vient d’être établi par l’Unicef, dans lequel elle dénonce et condamne vivement la tuerie sans précédente et criminelle de 2.400 enfants palestiniens par des frappes sanguinaires et gigantismes de l’armée israélienne. En effet, l’Unicef a dénoncé, hier, l’horreur à Ghaza après l’établissement d’une longue et triste liste de 2.400 enfants tués par Israël, «une honte sur notre humanité», rapporte hier le rapport de l’Unicef des Nations unies (ONU). L’UNICEF a annoncé «la mort d’environ 2.400 enfants à Ghaza et plus de 5.300 blessés en raison des attaques continues au cours des 18 derniers jours, soit l’équivalent de la mort ou de la blessure de plus de 400 enfants chaque jour», écrira l’Unicef dans son rapport de guerre. La directrice régionale de l’Unicef pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), Adele Khodr a déclaré, hier, que «le meurtre, la mutilation et l’enlèvement d’enfants, ainsi que les attaques contre les hôpitaux et les écoles, et l’empêchement de l’accès à l’aide humanitaire, constituent des violations graves des droits de l’enfant». La représentante de l’Unicef, Adele Khodr a ajouté que «la situation à Ghaza est une tache croissante sur notre conscience collective». Ajoutant que «le taux de décès et de blessures parmi les enfants est choquant». Elle a exprimé ses inquiétudes quant à la possibilité d’une augmentation du nombre de morts à moins que la tension ne soit apaisée et que l’aide humanitaire, y compris la nourriture, l’eau, les fournitures médicales et le carburant, ne soit autorisée. L’Unicef a appelé de toute urgence toutes les parties à convenir d’un cessez-le-feu à des fins humanitaires et à permettre l’accès à l’aide, ainsi qu’à libérer tous les otages. D’autre part, l’organisation des Nations unies a déclaré que «la Cisjordanie a également connu une augmentation préoccupante du nombre de victimes, avec environ 100 Palestiniens tués, dont 28 enfants, et au moins 160 enfants blessés, selon les rapports». D’un autre côté, l’organisation des Nations unies pour l’enfance (Unicef) a appelé à un arrêt immédiat des tirs pour des raisons humanitaires et à un accès soutenu et sans entrave à l’aide humanitaire à Ghaza. Elle a déclaré que «les 18 derniers jours ont été témoins de l’escalade la plus meurtrière à Ghaza».
S. Abi