Des espaces de détente pour enfant à l’abandon

Relizane

La ville de Relizane dispose de nombreuses aires de jeux destinées aux jeunes, seulement, nombre d’entre elles sont à l’abandon. L’espace de détente de la cité Bermadia en est un exemple édifiant. Sur place, il a été constaté que les toboggans et les balançoires ont été enlevés par des jeunes. Ces espaces, censés être des lieux de détente et de divertissement, sont transformés en poubelles, au grand dam des familles. De l’avis de tous les psychologues, le jeu est indispensable dans le développement de la personnalité d’un enfant, il favorise, notamment, la motricité de l’enfant. En d’autres termes plus clairs, un enfant a besoin de jouer pour mieux s’épanouir et grandir. Un enfant qui ne joue pas est un enfant malade. Une équation simple et logique, à laquelle adhèrent, d’ailleurs, tous les spécialistes du domaine. Malheureusement, dans l’ensemble de nos cités, force est de constater l’absence totale d’aires de jeux. Certainement, le problème est d’ordre national. En vivant privé d’un nombre de choses nécessaires qui lui permettent de s’exprimer librement sans être gêné, l’enfant, chez nous, finira par s’éclater ailleurs. C’est une équation logique que personne ne pourra contredire. À force de vivre, à long terme, une situation de privation, on finira par faire sortir ce manque autrement. Toutes les études faites, en ce sens, sont arrivées à la même conclusion : en l’absence d’espaces de jeux appropriés, l’enfant sera privé d’un élément-clé dans la «formation» de sa personnalité. Un état de fait qui n’est pas dénué de risque sur les enfants, qui peuvent se blesser. Souvent, les squares et autres espaces verts se transforment, notamment en période nocturne, en lieux de beuverie et de fumette, en témoignent les mégots et les canettes de bière vides laissés çà et là. D’aucuns espèrent l’intervention des services de sécurité pour mettre fin à de tels agissement et redonner aux jardins publics leur vocation.
N.Malik