Lancement d’une campagne de vaccination contre la grippe saisonnière

Santé

La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière pour la saison 2023-2024 a été lancée, après l’acquisition par le ministère de la Santé de deux millions de doses de vaccin, destinées spécifiquement aux catégories sociales vulnérables.
Lors d’une conférence de presse animée à l’Institut national de santé publique (INSP-Alger), plusieurs spécialistes ont souligné la nécessité de sensibiliser les catégories vulnérables notamment les personnes âgées, les malades chroniques et les immunodéficients en vue de leur éviter les complications de ce virus « pouvant survenir simultanément avec celui du Covid-19 ». A cet égard, la directrice de la Prévention des maladies transmissibles au ministère de la Santé, Samia Hammadi a mis en évidence le rôle des médias dans la sensibilisation sur l’importance de la vaccination pour réduire le taux d’infection et la propagation du virus, indiquant que le ministère a, jusqu’à présent, acquis deux millions de doses de vaccin, qui ont été distribuées à travers les 58 wilayas en vue de protéger les catégories ciblées.
Mme. Hammadi a ajouté que des services ont été spécialement aménagés au niveau des établissements hospitaliers pour accueillir les cas graves et compliqués. De son côté, le directeur général de l’Institut national de santé publique (INSP), Abderrezak Bouamra, a mis en avant les souches susceptibles de se propager pendant cette saison, selon les pronostics de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), d’où la nécessité d’acquérir « un vaccin à 4 souches ».
Dans ce contexte, il a souligné les mesures prises pour surveiller les zones pouvant connaître une large propagation du virus et suivre les recommandations dans ce domaine pour limiter le risque de complications à même d’affecter les populations vulnérables.
A ce propos, la directrice de l’approvisionnement à l’Institut Pasteur, Zoulikha Semai Ben Kedadra, et le directeur de la distribution au niveau du même organisme, Abderrezak Soufi, ont affirmé qu’un réseau de surveillance du virus à travers les laboratoires de l’institut ainsi que de la surveillance des maladies transmissibles par l’INSP « pourrait contribuer à maîtriser leur propagation », soulignant « la disponibilité de tous les tests médicaux pour le dépistage des maladies respiratoires et du COVID-19 en cas d’apparition des deux virus simultanément ».