Une nouvelle pièce théâtrale inspirée de l’œuvre de Kateb Yacine

TR Tizi-Ouzou

Une nouvelle pièce théâtrale composée de fragments de textes fusionnés de l’écrivain, poète et dramaturge Kateb Yacine, sera produite par le théâtre régional éponyme de Tizi-Ouzou (TRTO), a indiqué à l’APS le premier responsable de cette institution culturelle, Abderrahmane Zaâboubi.
Le texte de la nouvelle pièce qui sera produite et mise en scène au TRTO sera écrit par deux dramaturges et un chercheur spécialiste de l’œuvre de Kateb, dans le cadre d’un atelier d’écriture qui sera mis sur pied à la fin de ce mois d’octobre, à partir de la fusion de ses textes, littéraires, dramaturgiques et poétiques.
«C’est une façon de lui rendre hommage en revisitant son œuvre qui est, dans son ensemble, toute liée et tend à la libération de l’Homme de toutes formes d’oppression et d’aliénation», a déclaré M. Zaâboubi en évoquant le dramaturge disparu il y a 34 ans, le 28 octobre 1989.
Il a ajouté que «les thématiques traitées par Kateb dans ses œuvres ont un même fil conducteur et qui émaillent encore les sociétés d’aujourd’hui», citant, dans ce contexte, l’agression sioniste contre le peuple palestinien traitée dans sa pièce «Palestine trahie», écrite en 1977.
«Kateb Yacine a été parmi les fondateurs d’un théâtre algérien destiné aux algériens dans leur ensemble. Il fût le troubadour de ce théâtre qu’il portait lui-même, avec sa troupe, vers les petites gens sur leur lieux de travail et ailleurs», a conclu le directeur.
De son côté, le docteur Youcef Zafane, enseignant-chercheur à l’Institut supérieur des métiers d’arts, du spectacle et de l’audiovisuel (Ismas) d’Alger, rencontré au TRTO, a considéré que l’œuvre de Kateb est «empreinte d’une obsession de désaliénation de l’Algérien, que ce soit durant la période coloniale ou après l’indépendance».
«L’idée de la défense et de la libération des siens est omniprésente à travers tous les travaux journalistiques de Kateb Yacine, ses œuvres littéraires, poétiques ou encore dramaturgiques», a-t-il dit.
Il a rappelé, dans ce sillage, qu’à l’indépendance du pays, l’écrivain, poète et dramaturge a même pensé à la diaspora en Europe, notamment, en France, et il est allé à sa rencontre avec sa pièce «Mohamed prends ta valise».
«Kateb avait conscience de la situation de cette frange de la société qui vivait une double misère, une économique et l’autre affective et sociale, étant loin de son pays et des siens. Il est allé la rencontrer à travers plusieurs tournées», a relevé M.Zafane.
L’universitaire a également mentionné l’engagement de Kateb, en tant qu’intellectuel et humaniste, dans les conflits et problèmes de son temps. «Sa défense de la cause palestinienne, mais aussi, du peuple vietnamien en lutte, à cette époque, contre l’impérialisme américain, à travers sa pièce «L’homme aux sandales de caoutchouc» s’inscrit en la droite ligne de son combat contre le colonialisme et l’aliénation de l’Homme», a-t-il dit.
R.C.