L’entité sioniste a largué plus de 25.000 tonnes d’explosifs sur la bande de Ghaza

Génocide à Ghaza

« Israël provoque des destructions appelant cela la paix » était l’article publié en novembre 2023 par le journal américain The Washington Post dans lequel il explique que les politiciens israéliens décrivent leur campagne en cours dans la bande de Ghaza comme une guerre de justice, alors qu’ils provoquent une profonde crise humanitaire.

Le journal souligne que « les hommes politiques israéliens, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, présentent leur campagne en cours dans la bande de Gaza comme une guerre de justice et de vengeance contre la brutalité du mouvement Hamas ». En poursuivant que : « Dans son zèle à punir le Hamas, Israël a déjà déclenché une profonde crise humanitaire dans l’enclave assiégée de 2,3 millions d’habitants, tuant plus de 8.500 personnes, dont plus de 3.500 enfants, et détruisant des milliers de bâtiments dans cette zone surpeuplée au milieu d’un conflit armé ». Le journal a également déclaré que « la dernière frappe brutale avait eu lieu mardi, lorsque les forces israéliennes ont largué des bombes sur le camp de réfugiés densément peuplé de Jabalia, dans le nord de Gaza. L’Observatoire euro-méditerranéen des droits de l’homme a révélé « qu’Israël a largué plus de 25.000 tonnes d’explosifs sur la bande de Gaza dans le cadre de son agression continue depuis le début de la bataille du déluge d’Al-Aqsa, ce qui équivaut à deux bombes nucléaires ». L’occupation israélienne poursuit son agression contre la bande de Gaza, pour le 27ème jour consécutif, ciblant les maisons de civils, tandis que le nombre de martyrs et de personnes disparues dans la bande dépasse les 10 000, en plus d’environ 32 000 blessés divers. Estime-t-on.

Le patriarche catholique condamne les crimes de guerre sionistes
Le patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, le monarque catholique romain, Yusuf Al-Absi, a condamné le crime de guerre commis par l’occupation israélienne contre les enfants, les femmes et les personnes âgées palestiniennes, qui a fait des milliers de victimes et de blessés innocentes. Dans un communiqué de presse publié samedi le 4 novembre Al-Absi a mis en lumière que le bombardement israélien contre l’hôpital baptise Al-Ahli, à Gaza et de l’hôpital indonésien, ainsi que l’église de Saint Porphyrius, sont des crimes inhumains et des violations flagrantes de toutes les conventions et lois concernant les droits de l’Homme. il a appelé la communauté internationale à intervenir immédiatement pour arrêter les massacres commis contre le peuple palestinien et à protéger les enfants et les femmes. Demandant à la communauté internationale d’arrêter la politique de deux poids deux mesures, ainsi que de condamner les criminels et intervenir immédiatement pour faire entrer les aides humanitaires dans la bande de Gaza. A noter enfin que dans le rapport quotidien du ministère de la santé palestinien il est fait état d’un lourd bilan des martyrs dans la bande de gaza et en Cisjordanie s’élevant à 9883 morts et plus de 26 000 blessés actuellement.
Oki Faouzi