Tebboune plaide pour la création d’un Etat palestinien souverain

L’Algérie et la Turquie pour un cessez-le-feu permanent à Ghaza

L’Algérie ne reconnaît pas Israël et ne le reconnaîtra jamais. Lors d’une conférence de presse animée conjointement, hier, avec son homologue turc, Recep Tayyip Erdogan, en visite officielle en Algérie, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a réitéré la position de l’Algérie sur le conflit israélo-palestinien, plaidant pour la création d’un Etat palestinien indépendant et souverain.

«Le seul moyen d’assurer la paix dans la région du Moyen-Orient», a-t-il assuré, insistant sur l’impératif de juger Israël pour ses crimes à Ghaza. La priorité actuellement et d’œuvrer à l’instauration d’un cessez-le-feu permanent afin de sauver les habitants de Ghaza, réitérant l’urgence de créer un Etat palestinien souverain pour éviter l’embrasement de tout le Moyen-Orient.
Une vision que partage le Président turc qui a salué la position de l’Algérie, assurant à son tour que «la création d’un État palestinien sur les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est pour capitale, est désormais inévitable».
«Il n’y aura pas de paix et de stabilité durables dans notre région sans une solution politique juste à la question palestinienne», a-t-il affirmé, qualifiant d’inadmissible les attaques israéliennes visant des civils (enfants et femmes).
«Cibler des hôpitaux, des lieux de culte, des écoles, des lieux qui devraient être protégés, et forcer les gens à partir, c’est inadmissible, c’est de la barbarie», a-t-il soutenu, assurant que «nous n’acceptons d’aucune manière les attaques israéliennes, qui s’apparentent à une punition collective et constituent des crimes de guerre». Les deux Présidents ont exprimé la convergence de vue entre les deux pays sur la question palestinienne. «Israël et ses soutiens, qui utilisent tous les moyens modernes de guerre contre les enfants, les femmes et les personnes âgées, seront jugés devant la conscience de l’humanité», a déclaré deux jours plus tôt, le Président turc, qui a salué la position fidèle de l’Algérie qui ne cède sous aucune pression étrangère.
En plus de la création en urgence d’un Etat palestinien, le Président Tebboune a réitéré l’importance de juger Israël pour les crimes commis à l’encontre des Ghazaouis, appelant «audacieusement» à intenter une action judiciaire devant la Cour pénale internationale (CPI) contre l’entité israélienne.
Plusieurs pays ont exprimé leur soutien aux poursuites judiciaires contre Israël, dénonçant les «deux poids, deux mesures» au sujet du conflit israélo-palestinien.
Quelques jours plus tôt, le Président Tebboune a appelé à «l’intensification des efforts pour mettre fin aux hostilités», réaffirmant «l’immuabilité du soutien algérien aux Palestiniens».
«L’Algérie a toujours été aux côtés du peuple palestinien, tant en paroles qu’en actes», a-t-il ajouté, soulignant l’importance de soutenir la Palestine contre l’agresseur sioniste et de faire pression sur la communauté internationale afin de mettre fin à cette guerre et d’accélérer la création d’un Etat palestinien. L’unique moyen pour apaiser les tensions dans la région du Moyen-Orient.
La visite du Président turc en Algérie intervient dans un contexte régional et international particulier, mais c’était l’occasion pour discuter des attaques israéliennes contre Ghaza et des moyens de mettre un terme à l’escalade de conflit, mais aussi d’exprimer haut et fort l’engagement commun des deux pays en faveur de la cause palestinienne.
Le Président Tebboune a salué, à son tour, l’élan de solidarité pour Ghaza, cible d’attaques israéliennes barbares depuis plus de 46 jours. L’Algérie était parmi les premiers pays à envoyer des aides humanitaires à cette enclave et réaffirme sa solidarité aussi avec la résistance palestinienne. La Turquie fait, de son côté, preuve de compassion profonde envers le peuple palestinien. «L’occupation sioniste pensait à tort que le peuple palestinien était impuissant et qu’il avait baissé les bras. Nos cœurs sont brisés de tristesse, de douleur et de chagrin face aux crimes commis contre les civils palestiniens et face à certaines positions internationales honteuses qui refusent de rendre justice à ce peuple», a déclaré, avant-hier, Erdogan à l’issue du Conseil de Cabinet qu’il a présidé.
L’Algérie et la Turquie réaffirment leur soutien «infaillible» à la Palestine et accusent l’entité sioniste de crime de guerre.
Pour rappel, le Président turc est arrivé à Alger, hier pour une visite de deux jours qui devrait s’achever aujourd’hui. Il s’agit du second déplacement d’Erdogan en Algérie depuis presque deux ans.
Samira Takharboucht