Des pluies bénéfiques à certaines filières agricoles

Intempériesintempérie

Les pluies tant attendues par les Algériens, et particulièrement les agriculteurs confrontés à une sécheresse qui a trop duré, sont tombées en trombes sur plusieurs wilayas ces derniers jours, suscitant soulagement et espoir. Elles ont été annoncées depuis mercredi par plusieurs bulletins météorologiques spéciaux (BMS) émis par l’Office national de météorologie (ONM).

Ainsi, de fortes pluies parfois sous forme d’averses orageuses, accompagnées localement de chutes de grêle et de rafales de vents sous orages, ont affecté plusieurs wilayas du Centre et de l’Est du pays. Il s’agit des wilayas de Tipaza, Alger, Blida, Aïn Defla et Médéa, placées jeudi par un BMS en vigilance «Orange» jusqu’à 21h00. Les wilayas de Boumerdès, Tizi-Ouzou et Bouira ont également été placées en vigilance «Orange», jeudi jusqu’au lendemain vendredi à 6h00 avec des quantités de pluies estimées entre 20 et 40 mm pouvant atteindre ou dépasser localement 50 mm. Quant aux wilayas de Béjaïa, Jijel, Skikda, Annaba, El Tarf, Bordj Bou Arreridj, Sétif, Mila, Constantine, Guelma, Souk Ahras, Oum El Bouaghi, Batna, Khenchela et Tébessa, elles ont été placées en vigilance «Orange», jusqu’à hier à 15h00. Les quantités de pluies ont été estimées par l’ONM entre 40 et 60 mm pouvant atteindre ou dépasser localement 80 mm, notamment sur les régions côtières, ajoute la même source. Un autre BMS émis hier par l’ONM a annoncé des vents forts pouvant dépasser 80km/h touchant plusieurs wilayas du nord du pays jusqu’à samedi. Ce BMS a placé en vigilance «Orange», jusqu’à hier à 20h00, les wilayas de M’sila, Djelfa, Laghouat, Batna, Ouled Djellal, Biskra, El M’ghair et Touggourt, où la vitesse du vent a oscillé entre 60 et 70 km/h pouvant atteindre ou dépasser parfois 80 km/h en rafales avec de fréquents soulèvements de sable réduisant fortement la visibilité. Les vents ont touché également les wilayas de Skikda, Annaba et El Tarf avec une vitesse oscillant entre 60 et 70 km/h, atteignant ou dépassant parfois 80 km/h en rafales, et ce à partir d’hier de 15h00 à aujourd’hui à 15h00. Les wilayas de Khenchela et Tébessa sont, elles aussi, concernées par ce BMS, dont la validité en cours depuis d’hier à 18h00 à aujourd’hui à 12h00, avec une vitesse entre 60 et 70 km/h, atteint ou dépasse parfois 80km/h en rafales. Ces pluies certes tardives vont contribuer à sauver certaines filières agricoles particulièrement affectées par la sécheresse. Ainsi, les agriculteurs estiment que ces pluies seront bénéfiques pour les agrumes dont la campagne de récolte vient juste d’être lancée, dans la mesure où les fruits qui sont encore au stade de maturité n’en seront que meilleurs et plus juteux. Le changement de temps a été accompagné de chutes de neige qui ont couvert d’un manteau blanc les sites montagneux. C’est le cas de la wilaya de Tizi-Ouzou où la neige a commencé à recouvrir les hauteurs du Djurdjura, mercredi. Les communes concernées par la neige qui a commencé à recouvrir certains endroits du Djurdjura tel que le col de Tirourda reliant Tizi-Ouzou à Bouira, ont mobilisé leurs moyens en vue d’intervenir afin d’éviter d’éventuels problèmes de circulation routière. Sur la route nationale 15 reliant la wilaya de Tizi-Ouzou à Bouira, plus exactement au niveau du col Tirourda, commune d’Iferhounene, l’axe routier a été déneigé après l’intervention des services de la commune, néanmoins la circulation demeure très difficile. A cet endroit, les automobilistes sont appelées à conduire prudemment et à réduire la vitesse. Les citoyens sont également été invités à «éviter les déplacements inutiles», en raison de la visibilité rendue difficile, et surtout avec l’enregistrement de températures très basses à l’approche de la nuit. Ces conseils sont donnés par les services concernés par la prévention des risques liés aux intempéries. Il s’agit de réduire l’impact des intempéries et empêcher qu’elles se transforment en catastrophes avec les dépenses engagées par l’Etat pour remédier aux dégâts et indemniser les pertes occasionnées aux habitants et aux opérateurs économiques, en l’absence d’une couverture par les assurances. C’est ce qui s’est passé en mai 2023. Les conséquences des intempéries et des mesures prises pour y remédier avaient fait l’objet d’exposés présentés en Conseil des ministres qui est sorti avec des décisions à appliquer immédiatement en faveur des sinistrés. Le président de la République avait alors ordonné au gouvernement d’allouer immédiatement dix milliards de dinars, du Fonds des catastrophes, pour indemniser les sinistrés.

Lakhdar A.

Voir sur Internet
www.lnr.dz.com­