Selon Faid : « Une avancée significative qui ouvre la voie à une plus grande implication du secteur privé »

Ouverture du capital des deux grandes banques publiques CPA et BDL

« La digitalisation des services bancaires a fait l’objet d’un examen minutieux », a déclaré, avant-hier, le ministre des Finances, Laaziz Faid, lors d’une réunion périodique d’évaluation du programme de modernisation du secteur bancaire, qu’il a présidée, rappelant à nouveau l’impératif d’accélérer la digitalisation du secteur bancaire ainsi que sa modernisation, à l’ère des nouvelles technologies. Il a mis l’accent, lors de cette réunion, sur « l’importance de la transition vers des services numériques pour offrir des services bancaires de qualité à l’ensemble des citoyens à travers le territoire national », selon le communiqué du ministère de tutelle. C’est la priorité.
Et, « cela implique la nécessité de densifier le réseau bancaire pour garantir une accessibilité optimale de ces services », saluant les « progrès réalisés dans le cadre de la modernisation du secteur bancaire ». Il a souligné l’importance d’«identifier les défis à relever pour assurer des services de qualité, accessibles et en phase avec les évolutions technologiques et les besoins de l’économie nationale ». Cette rencontre, à laquelle ont pris part le président de la Cosob et le directeur général de la Bourse d’Alger, visait à « évaluer les actions entreprises par ces banques dans le cadre du programme de modernisation du secteur bancaire, et d’examiner divers axes stratégiques visant à dynamiser le marché financier ».
L’annonce de l’ouverture des capitaux de deux grandes banques publiques, à savoir le CPA et la BDL était très attendue. L’Algérie franchit ainsi un deuxième grand pas après l’ouverture des succursales de la banque algérienne à l’étranger. Commentant l’ouverture des capitaux de ces deux banques publiques, le ministre a estimé que « ces opérations d’ouverture de capitale visent à élargir la participation au capital de ces grandes institutions financières, ouvrant ainsi la voie à une plus grande implication du secteur privé », affirmant que « ce sujet revêt une importance majeure dans le contexte des réformes en cours dans le secteur bancaire ».
« De plus, l’ouverture du capital de ces banques publiques représente une avancée significative vers une économie plus ouverte et concurrentielle et cela permettrait d’attirer des investisseurs intéressés par des partenariats stratégiques et des opportunités d’investissement dans le secteur bancaire national », a-t-il ajouté.
Cette réunion était l’occasion de discuter des «question des mécanismes nécessaires à cette ouverture de capitaux, incluant les modalités de participation, tout en préservant l’intérêt public ». Ils ont également évoqué « le rôle des banques dans le financement de l’économie nationale et leur contribution essentielle au développement économique du pays ».
Pour le ministre, «cette évaluation minutieuse du rôle financier des banques dans l’économie nationale souligne l’importance de garantir la robustesse du secteur bancaire et favoriser un environnement propice à la croissance économique durable et à la prospérité nationale».
Samira Tk