L’intelligence de la main

Savoir-faire ou dextérité

On ne peut pas imaginer ce que la main de l’homme est capable de faire, des actes merveilleux aux situations les plus répréhensibles en passant par la gifle pour punir ou comme acte de violence.

Vous avez sans doute entendu parler de la main du meilleur boulanger qui ne fait que du bon pain tout fumant, parfumé et appétissant, à sa sortie du four ; le pain si bon de cet artisan de la pâte a acquis une renommée qui s’est répandue dans l’espace et le temps. Et qui ne connait pas cette femme aux mains d’or, qui s’est occupée admirablement de la cuisine traditionnelle pour faire vivre les siens et des tâches domestiques ingrates, en pratiquant avec amour l’art de tisser des tapis et des plus belles couvertures. Il y a aussi la main unique de l’artiste peintre Issiakhem qui d’un coup de pinceau est capable d’esquisser la configuration d’une œuvre d’art magnifique. Quant à la main du musicien, elle peut faire vibrer des milliers de spectateurs en mal de détente et de plaisir de vivre ; par un morceau de musique ; elle est capable de redonner espoir aux plus désespérés. On connait la magie du bon maître qui sait ce qui est à faire, à la faveur d’une longue expérience, remettre sur la bonne voie des jeunes enfants en situation de perdition, n’ayant rien assimilé précédemment et qu’ils sont la proie facile des dévoyés. Enfin, que dire de la main de l’infirmier qui aide quelqu’un à se remettre d’une longue maladie en lui redonnant l’espoir de se remettre à vivre avec l’esprit de grande courtoisie et de bonté, en lui donnant ses médicaments et répondant toujours présent lorsqu’il l’appelle à son chevet. Mais à côté, on trouve l’homme de plume qui fait des pages d’écriture grâce à la main d’homme intelligent traçant sans répit des lignes interminables comme le laboureur trace des sillons lorsqu’il laboure en prévision des futures semailles. Les lignes superposées de l’homme d’écriture vont produire une œuvre d’art, un livre qui, peut-être plaira à tout le monde ou va être perçu comme un bestseller. La main intelligente qui obéit au cerveau fait ainsi œuvre très utile en travaillant pour produire un livre qui sera bénéfique pour les passionnés d’ouvrages formateurs. On se forme au fil des lectures par livres bénéfiques interposés qui apprennent la langue et par le contenu vous apporte des connaissances sur la vie.

Ce que la main vous apporte par l’intelligence de celui qui écrit
L’intelligence est une des facultés qu’on apporte à la naissance, mais qui peut, après se développer par l’apprentissage des connaissances en mathématiques, en langues au pluriel, en histoire et géographie souvent détestées par les élèves de tous niveaux parce mal enseignées. Normalement, l’apprenant doit aimer toutes les matières au programme sous la main vigilante du bon maître, y compris les matières extrascolaires comme le dessin, la peinture, le sport, les travaux manuels, le jardinage. C’est par toutes ces matières bien enseignées que l’intelligence s’acquiert en se développant au fil du temps. L’intelligence, faculté qui permet de saisir, même au vol, ce qui se dit autour de nous ou partout ailleurs. Tout le monde doit savoir que le siège de l’intelligence est le cerveau. Et voici ce que dit poétiquement un grand écrivain qui connait parfaitement la question : « L’intelligence, don merveilleux, c’est une étincelle de vie qui éclaire notre conscience, donne force à nos arguments et nous permet de penser le monde. Lorsque l’intelligence de la main se lie à celle du cœur, elle ensoleille nos jours d’une aisance d’action et d’une assurance du geste qui facilite la vie ». L’intelligence de la main, est celle qui est capable d’écrire à l’infini pour faire de beaux ouvrages qui seront éternellement appréciés au fur et à mesure qu’ils vieilliront. La preuve est qu’on aime lire les vieux auteurs pour se ressourcer, quelquefois, ils nous apprennent mieux que les plus récents des contemporains. Tout ça vient des connaissances accumulées dans le cerveau. Ce dernier, quand il est bien discipliné et qu’il est alimenté chaque jour en connaissances diverses, répond bien lorsqu’on le sollicite et il est devenu performant. La main intelligente ne fait qu’exécuter ce que lui demande le cerveau. Le cerveau, siège de l’intelligence, de la mémoire, de la réflexion, du raisonnement et de l’imagination, joue un rôle primordial pour le penseur comme pour le savant qui cherche à découvrir ce qui peut aider l’humanité à mieux vivre.

L’intelligence de la main liée à l’intelligence du cœur
C’est un couple merveilleux qui fait le bonheur de tous ceux qui n’ont jamais cessé d’aspirer à un mieux être mérité. Et, parmi ceux qui associent, au quotidien ces deux types d’intelligences, il y a les artistes qui avec leurs mains habiles sont capables de recréer la vie en lui changeant les couleurs, celles du quotidien de notre vie sont trop monotones, voire trop tristes pour être acceptées toute la vie.
L’intelligence de la main est liée à l’intelligence du cœur, siège des sentiments. Le cœur et le cerveau sont en perpétuel conflit. C’est pourquoi on dit : « Le cœur a ses raisons que la raison ignore ». Il y a une chanson qui dit, à juste titre que l’œil et le cœur sont en conflit à propos de la beauté féminine. La main de l’artiste réussit à concilier les deux tendances d’habitude inconciliables en changeant le cadre de vie par celui qu’ils conçoivent avec d’autres couleurs qui donnent la joie de vivre. Lorsqu’on regarde un tableau de maître, on se réjouit de voir la vie autrement. Grâce à son pinceau tenu par une main intelligente de l’artiste peintre, tout change : les hommes, les animaux, les végétaux, l’univers ; les couleurs leur donnent un coup de jeune, sinon un coup de changement en meilleur ou en pire et cela nous laisse pantois par tant de capacité. Heureusement qu’il existe encore des artistes autour de nous pour connaitre le changement sans lesquels, c’est la tristesse qui poussent les plus désespérés au pire.
Les chanteurs leur disent, en jouant de leur main intelligente sur les cordes de leurs instruments pour produire des sons mélodieux qu’ils sont là à leurs côtés pour faire oublier ou atténuer les soucis des plus malheureux, ceux à qui la vie n’a rien donné. Les chanteurs comme les peintres, s’inspirent de la vie. Ils chantent les sentiments heureux ou malheureux des passionnés de leurs chansons qui les adorent parce qu’ils répondent parfaitement à leurs préoccupations. Aussi loin que l’on remonte dans le temps, on constate que la vie est faite de diversité. Et cette diversité se répercute même au sein de la famille des chanteurs. Chacun selon son talent, inventent des paroles exprimant les sentiments d’une grande majorité de gens, qu’ils chantent en essayant d’harmoniser musique vocale et musique instrumentale de manière à mettre en valeur les sons musicaux et les paroles et ce, pour mieux toucher le public. Et que dire de la main habile du forgeron qui sait transformer un morceau de fer en un objet à usage agricole tel une pioche, une hachette ou domestique comme un trépied, un support de table. C’est dans sa forge que tout se passe. Il prend un morceau de fer qu’il chauffe à blanc dans son fourneau où le feu est sans cesse entretenu à l’aide d’un soufflet. Une le fer chauffé à devenir rouge, il le saisit de sa main experte pour le travailler à sa guise et selon l’objet désiré. C’est un plaisir de voir travailler le forgeron ; il est capable de façonner une pioche, une faucille et tout autre outil, et toujours sur commande. Malheureusement, c’est un métier en voie de disparition parce qu’il n’y a pas de relève auprès des jeunes qui n’aiment pas faire forgeron, ça demande de la force dans les bras, il est très salissant et il n’est pas bien payé. Parmi quelques anciens, il y en a qui exercent deux métiers pour joindre les deux bouts, ils font forgeron le matin en raison d’un nombre limité de clients et bouchers l’après midi. N’est-ce pas une idée ingénieuse ! L’inconvénient est que pour passer de forgeron à boucher, il lui faut à chaque fois changer de tenue après une bonne douche.
Le métier de forgeron dure mais noble et qui a existé depuis l’aube de l’humanité, il a toujours été apprécié par tous, y compris par les intellectuels de tous les temps qui aiment leur tenir compagnie pour le plaisir de le voir forger des objets à divers usages à partir d’un métal le plus dur, grâce à ses mains obéissantes. On raconte que le philosophe Socrate aimait rester dans une forge qui l’inspirait beaucoup.

Boumediene ABED