Insertion professionnelle et participation au développement

Personnes aux besoins spécifiques Journée mondiale

Les «Droits des personnes aux besoins spécifiques, acquis et perspectives» ont été le thème d’un atelier d’évaluation et de sensibilisation, organisé hier dimanche à Alger, par le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) à l’occasion de la Journée mondiale de cette catégorie, célébrée le 3 décembre de chaque année.
Dans une allocution à cette occasion, le président du CNDH, Abdelmadjid Zaalani, a affirmé que l’Algérie connaissait un «progrès qualitatif» en matière de politique sociale destinée aux personnes aux besoins spécifiques, basée sur les principes généraux universels, notamment ceux adoptés dans la Convention internationale relative aux droits de cette catégorie, ratifiée par l’Algérie en 2009.
Il a également salué les efforts déployés par l’Etat algérien pour la préservation des droits de cette catégorie dans le cadre de la politique nationale de prise en charge des personnes aux besoins spécifiques, visant à les accompagner et à assurer leur autonomisation tout en dynamisant leur participation au développement. Il s’agit également de faciliter leur accès aux Services publics, et de leur garantir une prise en charge sociale et une insertion professionnelle.
Concernant la situation dans la bande de Ghaza, M. Zaalani a condamné les crimes commis par l’occupation sioniste à l’encontre du peuple palestinien, soulignant que l’occupant violait tous les principes énoncés dans l’ensemble des chartes internationales liées aux droits de l’Homme.
Pour sa part, le député de l’Assemblée populaire nationale (APN) et membre du CNDH, Dr Ahmed Ben Aissa, a affirmé que «l’Algérie a franchi de grands pas dans le domaine de la prise en charge des personnes aux besoins spécifiques», à travers un arsenal juridique solide, notamment les dispositions de la Constitution et les statuts particuliers.
«L’Algérie a appliqué la teneur de la Convention internationale relative à cette catégorie, à l’instar du droit à l’égalité, l’égalité des chances, le droit à l’intégration dans la société, et les droits fondamentaux relatifs à l’élection et à la candidature».
La représentante du ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahlem Sara Cherikhi a fait savoir, à son tour, que le ministère avait procédé à «la mise en place d’une commission multisectorielle en vue d’élaborer et de soumettre le rapport préliminaire sur la mise en œuvre de la convention internationale relative aux droits des personnes aux besoins spécifiques».
Le rapport a été présenté, le 29 août 2018, au comité onusien chargé du suivi de cette Convention, et ce, conformément à son article 35, soulignant que le prochain rapport «sera soumis courant 2024».
Agence