La marque Chery émerveille tous les Algériens

Marché de l’automobile

Impressionnant ! Cette grande marque fait actuellement la une des infos et le bonheur de tous les Algériens, hommes et femmes. Or, Dans les 20 points de ventes de la Sarl auto leader company représentant officiel de Chery Algérie par son directeur général Aimen Cheriet, les milliers de clients se précipitent pour avoir un ticket et pouvoir commander la belle voiture de chery.  A première vue, cela est une énorme réussite bâtie sur une longue chaîne de réverbération, de labeur et de négociation de son staff survenus après une mûre méditation du chef de l’Etat Abdelmadjid Tebboune qui a fortement parvenu à fortifier et à solidifier pleinement le partenariat de l’Algérie avec la Chine dans tous les domaines.
Avant le lancement de la vente au public des véhicules de toute la gamme Chery, Aimen Cheriet a abordé profondément la question sur l’inévitable spéculation d’automobile compte tenu de la très forte demande des Algériens. Or, devant l’arrivage de 60.000 voitures d’ici 2024, le directeur de cette grande marque qui a parfaitement fait ses preuves dans plusieurs pays arabes et en Amérique latine a clairement affirmé que Chery a instauré un système protecteur pour lutter contre la spéculation lancée avec férocité par les ‘’samsaras’’ des temps modernes, autrement dit revendeurs de voitures à des prix invraisemblables dans l’unique but de protéger les consommateurs réels : «Notre seul objectif qui est le principal est de protéger les consommateurs algériens. Il est tout à fait essentiel que nos voitures parviennent à ceux qui les utilisent vraiment, il n’y a pas de place pour les revendeurs chez nous». Il est impératif de noter que le cahier de charge établi par le ministère de l’Industrie autorise les concessionnaires à écarter les revendeurs et courtiers des véhicules. Devant l’énorme succès que connaît déjà l’exceptionnelle marque Chery dès les premières heures d’ouverture de ses show-rooms en Algérie, un nombre très croissant d’acheteurs affluent vers ses points de vente pour s’inscrire.
Un événement jamais vu auparavant dépassant toutes les prévisions fixées par le staff d’auto leader company et en provoquant ainsi un certain pouvoir de faire oublier les autres grandes marques soit en commercialisation ou alors en voie d’être mises sur le marché national.
Devant cet état de fait, Aimen Cheriet a exprimé son désir de répondre à une grande demande des Algériens désirant Chery : «Je pourrais vendre 60.000 véhicules d’ici 2024 si l’Etat m’aide !»
Effectivement le leader du marché d’automobile en Algérie a facilité l’achat de son produit pour ses clients avec un premier payement de 10% qui s’effectue dans six banques ayant conclu des contrats avec Chery Algérie notamment celles de CPA, Al Salam, Housing, Trustbank, AGB et Arab Bank. La fameuse marque Chery garantit ses véhicules de 7 ans ou 200.000 km. L’Etat devrait augmenter le quota pour satisfaire l’incroyable demande de cette marque qui vient avec de nouvelles caractéristiques robustes testées en premier dans des pays voisins : La Tunisie, Le Maroc, L’Egypte, L’Arabie saoudite et en Amérique latine.

Une année d’importation seulement
Dans sa récente sortie médiatique, le directeur général de la marque Chery Algérie Aimen Cheriet a annoncé le lancement du projet de la production de voitures comme l’Etat le souhaite dans la wilaya de Bordj Bou-Arréridj avec une capacité de 24.000 unités pour un début. Les détails de ce projet ont été présentés lors d’une réunion tenue avec le ministre de l’Industrie et de la Production pharmaceutique, Ali Aoun, en présence d’une délégation de la société Chery, dirigée par le Directeur général de la marque pour l’Afrique, Steve Chan, et le Directeur de la marque pour l’Algérie, Aimen Cheriet. Au fil des mois la capacité de production de l’usine «Chery» à Bordj Bou-Arréridj augmentera à 100.000 véhicules au cours de la troisième année. Aimen Cheriet a été très clair dans ses interventions pour donner avec justesse les grandes lignes de sa marque dans l’industrie en Algérie en disant que «le projet de la marque Chery est un investissement grandiose d’un coût de 110 millions de dollars dont l’usine de fabrication tournera avec une main d’œuvre de 600 employés, l’Algérie est associée avec 65% et l’associé chinois avec 35%. Dans la première année Nous allons produire 24.000 voitures de marque Chery pour trois modèles ensuite la production va s’accroître à 100 unités dans la troisième année. Une fois ce résultat franchi l’usine de Chery Algérie procédera à l’exportation des véhicules fabriqués en Algérie vers l’étranger notamment en Afrique, en Europe et ailleurs.
L’année 2024 serait la dernière année pour l’importation, Aussi nous avons parfaitement mis en place un service après-vente de qualité pour tous nos clients», a-t-il expliqué avec une totale assurance.
A noter enfin que seule la marque Chery a pu faire démolir les ‘’samsaras’’ dans les souks de voitures d’occasion qui ont impitoyablement saigné le pauvre citoyen à la recherche d’une automobile. Les prix actuels sont en chute libre pour revenir à la normale.
Oki Faouzi