Début du 21e Forum de Doha sur fond de crises internationales

Qatar

Les travaux de la 21e édition du Forum de Doha ont débuté avant-hier au Qatar, avec la participation du ministre des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l’étranger, Ahmed Attaf, représentant personnel du président de la République, Abdelmadjid Tebboune. Le forum, qui se tient sous le slogan «Construire un avenir commun», enregistre également la participation du Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, et de plusieurs chefs d’Etat et organisations internationales. S’exprimant à l’ouverture de cette rencontre, Antonio Guterres a déploré la «paralysie» des Nations unies face à l’agression sioniste contre la bande de Ghaza, disant regretter que le Conseil de sécurité n’ait pas voté en faveur d’un cessez-le-feu. Il a estimé que le Conseil de sécurité était «paralysé par des divisions géostratégiques», compromettant ainsi sa capacité à trouver des solutions aux conflits. «L’autorité et la crédibilité du Conseil de sécurité ont été gravement compromises» par sa réponse tardive au conflit au Proche-Orient, une atteinte à sa réputation aggravée par le veto opposé vendredi par les Etats-Unis à une résolution appelant à un cessez-le-feu à Ghaza, a-t-il encore dit. Le projet de résolution avait été préparé après l’invocation sans précédent par le Secrétaire général de l’ONU de l’article 99 de la Charte des Nations unies lui permettant d’attirer l’attention du Conseil de sécurité sur un dossier qui «pourrait mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationales».