Bientôt un Décret relatif au portail électronique

Finances Marchés publics

Le ministre des Finances, Laaziz Faid a fait état, avant-hier à Alger, d’un Décret exécutif en cours de préparation, relatif aux modalités d’utilisation du portail électronique dédié aux marchés publics.
Cette annonce a été faite lors d’une déclaration à la presse en marge d’une séance plénière au Conseil de la Nation, consacrée à la présentation et au débat du texte de loi de Finances pour l’exercice 2024. Dans ce sillage, il a souligné l’importance du Code des marchés publics qui est entré en vigueur en attendant le parachèvement de tous ses textes d’application.
Par ailleurs, M. Faid a relevé l’importance des mesures contenues dans le texte de loi de Finances pour 2024 dans les volets économique et social, notamment celles visant à préserver le pouvoir d’achat des citoyens. Et ce, à travers l’intervention de l’Etat dans les domaines de la santé, l’éducation, la sécurité sociale et le logement, notamment au profit des franges sociales les plus fragiles, a ajouté le ministre.
Ce qui permettra, a-t-il estimé, de consolider le pouvoir d’achat des citoyens, en sus de son impact économique certain, car ce texte de loi comporte plusieurs avantages pour les entreprises, en tête desquelles la suppression de la taxe sur l’activité professionnelle.
La suppression de cette taxe, «revendiquée par les entreprises depuis des décennies», s’inscrit dans la politique de réduction de la charge fiscale et de promotion des outils de production nationaux, a-t-il ajouté.
En outre, M. Faid a expliqué que le texte de loi de Finances 2024 avait été élaboré «dans un contexte marqué par une retour de la stabilité de la situation économique, résultant de l’amélioration des indicateurs macro-économiques à travers l’amélioration des recettes des exportations, un excédent dans la balance des paiements, l’accumulation des réserves de change, ainsi que la réduction du déficit budgétaire».
Le texte de loi de Finances 2024 vise également à prendre en charge l’impact financier causé par les mesures visant à garantir la sécurité alimentaire, l’alimentation en eau potable pour faire face à la question du stress hydrique, la promotion de l’investissement, la relance de grands projets structurants, et la poursuite de la réalisation des différents projets, a-t-il expliqué.
Selon les chiffres présentés par M. Faid, le texte de loi prévoit des dépenses de plus de 15.275 milliards DA, dont 18% destinées à l’investissement public. S’agissant la croissance économique, il est attendu en 2024 une croissance de 4,2%, a ajouté M. Faid, rappelant que le texte avait été élaboré sur la base d’un prix référentiel du prix du baril du pétrole de 60 dollars, et de 70 dollars pour le prix estimatif du baril de pétrole brut. Le texte de la loi de Finances pour 2024 prévoit, ainsi, des recettes de 9.105,3 milliards de DA, dont 3.512,3 milliards de DA de recettes pour la fiscalité pétrolière.
Manel Z.